LETTRE OUVERTE À NICOLAS SARKOZY: « JE VOUS INVITE, MONSIEUR SARKOZY, À VOUS PRÉSENTER EN CANDIDAT LIBRE, ET DANS UN AUTRE SCHÉMA. »

Publié le par La rédaction

LETTRE OUVERTE À NICOLAS SARKOZY: « JE VOUS INVITE, MONSIEUR SARKOZY, À VOUS PRÉSENTER EN CANDIDAT LIBRE, ET DANS UN AUTRE SCHÉMA. »

Nous publions ici, à la demande de Madame Carole Martel El Mehdaoui que nous remercions, sa magnifique lettre ouverte à Nicolas Sarkozy l'invitant à se présenter en candidat libre à la présidentielle de 2017. 

 

 

 

 

Monsieur Sarkozy, Monsieur le Président, 

 

J’ai fait mon possible pour vous tendre la main, alors que je ne croyais nullement en vous il y a plusieurs années en arrière, ni en la politique d’ailleurs, comme nombreux français et notamment ceux qu’on appelle la majorité silencieuse, les oubliés, ceux dont le vote est peut-être caché.

J’ai fait mon possible en vous prévenant de vos écueils à venir, en faisant acte de bon sens, et en vous proposant tout à la fois mes services et mes conseils en stratégie et communication politique et sociale, en communication et image personnelle, ce sur quoi il aurait fallu incontournablement travailler, pour réussir. Et travailler autrement.

Je vous ai fait nombreuses propositions, suggestions, et j’ai mis en place un véritable « plan de com de folie » pour vous faire entendre raison, et pour que simplement vous m’entendiez, moi la « femme du peuple ». J’ai écrit deux bouquins pour attirer votre attention. J’ai fait des articles dans la presse. Je vous ai presque couru après.

Si j’ai fait tout cela, c’est parce qu’avec vos défauts, vos défaillances que tous les français connaissent, je considère que malgré tout, vous êtes le meilleur. Et que nous avons besoin de vos compétences qui sont uniques. Vous êtes atypique. Et c’est de cela dont nous avons besoin. Au diable, la normalité !

Par ailleurs, je vous l’ai déjà écrit : la vraie énergie, ce n’est pas l’endurance, c’est la lumière. Et vous en avez manquée.

Alors, je vous ai donné des pistes. Des pistes pour votre futur. Vous ne les avez pas entendues.

Il aurait fallu comprendre qu’un « candidat du peuple » aurait dû avoir une image un peu plus… populaire, c’est aussi basique que cela, et je me proposais alors de vous y aider. Vous ne m’avez pas entendue, non plus.

Il est maintenant trivial de comprendre que François Fillon ne remportera jamais le vote populaire. Il ne sera jamais Président de la République, non plus. Oui, c’est tellement évident. François Fillon est juste un mirage. Pour « rassurer » des français perdus et en quête de « renouveau », en quête de changement. Et pour le coup, ils ne seront pas déçus ! Or vous le savez, Monsieur Sarkozy, c’est Marine Le Pen qui récoltera plutôt… le fruit de votre travail populaire… inachevé.

Mais les français ne veulent pas de Marine Le Pen, au fond. Elle est juste là, pour leur faire peur, eux qui ont besoin d’être « rassurés ». Eux qui sont perdus. Eux qui cherchent du nouveau.

Puis, face à la multitude de pseudo-candidats qui veulent être Président(e) de la République cette année, je suggère à Pôle Emploi de passer une annonce !

Il n’est donc pas trop tard pour vous. Vous pouvez encore revenir. Nous avons besoin d’expérience, pas de légèreté ! La voie vous est encore ouverte, à condition d’un changement d’image pour vous. C’est la clé.

Et puis, rassurez-vous, la prochaine « tête de turc », c’est « forcément » François Fillon. Ainsi va la politique. Ainsi iront les médias. Il est déjà vu comme le « candidat des riches »… sans parler de son programme qui ne convaincra pas.

Réussir sur 4 millions de votants n’est pas réussir, à coups sûrs, sur un pays tout entier !

A vous d’être maintenant un… « nouveau candidat du peuple »… comme je vous le propose… et de montrer aux gens qu’ils ne vous connaissent probablement… pas assez. Enfin, vaut mieux cela… que d’être… celui « des riches » !

Monsieur Sarkozy,

Vous n’êtes donc plus le candidat de la droite et du centre.

Vous êtes le « nouveau candidat du peuple » !

 

A cette fin, vous devez maintenant moi aussi me reconquérir, moi femme du peuple, moi et mes semblables, moi l’oubliée, moi qui ne suis plus une silencieuse. Moi qui vous juge. Moi qui vous comprends.

Personne n’est parfait.

Puis, vous avez été embarqué sur le mauvais bateau. Il ne fallait pas prendre celui de la primaire. On vous a mal conseillé. On vous a mal guidé. Vous ne m’avez pas entendue encore ici. Mais, les erreurs de parcours sont toujours corrigibles, tant qu’on n’est pas… mort. Et vous ne l’êtes pas encore.

Je vous remercie alors de votre bienveillance et de votre humilité à accepter sincèrement la perte de ce premier round, en considérant bien que la partie n’est pas encore finie…

Que tout vous est encore ouvert. Que vous n’avez rien à perdre… que de tenter encore.

Prenez alors maintenant la lumière, pour vous assurer d’un renouveau garanti. Et laissez derrière les erreurs de parcours.

C’est de toutes mes forces que je vous le dis.

En conséquence,

Je vous invite, Monsieur Sarkozy, à vous présenter en candidat libre, et dans un autre schéma.

 

Dans l’attente de votre réponse,

Bien à vous.

 

Carole Martel El Mehdaoui – CaroleMartel.wordpress.com

Carole Martel El Mehdaoui - Femmes du peuple

Carole Martel El Mehdaoui - Femmes du peuple

Publié dans Présidentielle

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article