Bayrou-Juppé : le mariage de la carpe et du lapin !

Publié le par Jean-Pierre Maxime

Juppé et BayrouBayrou a voté Hollande, en 2012 et nous a donc fait entrer dans le socialisme, comme si la droite convoquait les mêmes valeurs et les mêmes stratégies politiques que la gauche, donc comme si tout se valait...

JUPPÉ a commis une énorme erreur, celle de se fourvoyer avec BAYROU, le spécialiste du relaps ! Le relaps est la faute d’un croyant qui a changé de religion ou de doctrine après l’avoir abjurée. D’ailleurs, Comment Bayrou a-t-il pu, à ce point, en 2012, se tromper de candidat ?
Appeler à voter pour un candidat de gauche quand on est de droite relève du mystère ou de la schizophrénie. 

Bayrou argue du fait que N. SARKOZY n’aurait pas assuré la cohésion du pays en ayant un langage trop droitier, pour exciper de son choix juppéiste. Alors, il a voté pour F. Hollande, le soit-disant rassembleur. Quelle catastrophe ! Quelle erreur ! Et avec quelle violence, Bayrou a ensuite dauber sur Hollande, sans vergogne. En fait, je crois que Bayrou, homme politique qui échoue le plus, vit mal le succès de ses concurrents. Il vit par procuration les victoires de ses anciens alliés. Il se drappe des habits du donneur de leçons. Il professe l’irénisme, la fusion des politiques, feignant de croire que tout se vaut, la gauche comme la droite.

Bayrou n’est pas un homme d’action mais un homme de leçon ! Juppé a donc conclu un pacte incongru et néfaste pour les français.. En effet, il y a 2 solutions pour Juppé, si par malheur, il était élu candidat des LR.

La première est de suivre le chemin politique proposé par Bayrou et le FN émergera, alors, définitivement dans notre pays. Car le FN se nourrit de la tiédeur et de la mollesse de ses concurrents. Bayrou aura alors beau jeu de trahir Juppé en l’accusant d’être un mauvais président. C’est pas moi, c’est l’autre....Refrain habituel des faibles !

La deuxième solution est de le nommer premier ministre. Et nous aurons l’épigone de F. Hollande, le représentant du renoncement, de l’aboulie et de la nonchalance, pour cause de quiétude du pays. Les français réclament pourtant un président fort. La France connaîtra ainsi un deuxième mandat consécutif d’impéritie et de renoncement, miné qu’il sera par la guerre de tranchée entre un président, droit dans ses bottes et un premier ministre, imbu de sa personne mais pusillanime. Ça ne fera pas un duo réformateur. Et la France souffre de l’absence de volonté et de l’indétermination de ses dirigeants.

On pourrait avoir un remake de la 3e république avec Le duo Juppé-Bayrou symbolisé par cette phrase « Il n’y a pas de problème si complexe qu’une absence de solution ne finisse par régler »- Henri Queuille Pdt du conseil années 1930. A l’inverse, pour N. SARKOZY comme le disait Marc Aurel « L’obstacle est matière à action « .

La France a besoin d’un homme décidé et volontariste. 
ALORS JE VOTE NICOLAS

Publié dans Primaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article