Montauban: Nicolas Sarkozy : «Mobilisez-vous !»

Publié le par La rédaction

Montauban: Nicolas Sarkozy : «Mobilisez-vous !»

C'est un Nicolas Sarkozy offensif qui a passé la journée dans notre région hier. Après Toulouse, il a tenu meeting, à Montauban, devant plus de 2000 supporters.

Avant le meeting, en fin de journée, à la salle du marché gare de Montauban, l'ancien chef de l'État a rencontré les chasseurs puis déposé une gerbe à l'endroit même où Merah «ce barbare dont je me refuse à citer le nom», dira plus tard l'ancien chef de l'État, tua deux soldats français, en mars 2012.

Dans la foulée, il a donc tenu meeting dans la salle du Marché-gare. Plus de deux mille militants, sympathisants ou élus, avaient pris place, dans un décor bleu-blanc-rouge.

Dans la salle, autour de Brigitte Barèges, maire de Montauban, la députée de Haute-Garonne, Laurence Arribagé, le maire de Toulouse Jean-Luc Moudenc, mais aussi Gérald Darmanin, son porte-parole.

Et face à eux, la star. Nicolas Sarkozy continue son combat. Hier soir, après que Brigitte Barèges a chauffé la salle, faisant siffler un classique du genre Christiane Taubira et François Hollande «on n'a pas besoin d'un président normal, mais d'un président exceptionnel», l'ancien président de la République a déroulé un discours, en chantre décomplexé d'une France qui n'a pas peur de son identité. Un effort de 50 minutes qui a fait mouche, face à une salle de toute façon conquise : «Être à la hauteur du débat de la présidentielle, c'est dire la vérité. Toute la vérité, même celle que personne n'a vraiment envie d'entendre». Nicolas Sarkozy a évoqué «la longue liste des débats que beaucoup, à gauche, voudraient voir interdits», fustigeant «le tribunal de la pensée autorisée». Le candidat à la primaire, s'est aventuré sur le terrain de l'histoire et des Gaulois, ces ancêtres parfois encombrants : «Je suis l'héritier des Gaulois mais aussi d'Aimé Césaire et des Harkis». Sur la campagne il a émis un vœu : «La primaire ne doit pas être un pugilat, mais un débat d'idées pour une alternance forte et immédiate».

Des idées, il en a avancé quelques unes hier. Rétablissement de la défiscalisation des heures supplémentaires, baisse de 10 % de l'impôt sur le revenu «de tous les Français». Mais aussi un plan Marshall pour la ruralité, la création, dans chaque département, d'un internat à encadrement renforcé pour les mineurs qui posent problème. Un Schengen 2 avec «des contrôles effectifs à nos frontières» et la suspension du regroupement familial.

Dans une partie très applaudie, Nicolas Sarkozy a prôné «une stricte égalité entre les hommes et les femmes. Je ne serai pas le président des compromis, des négociations avec notre mode de vie ! L'alternance ne sera pas véritable si face aux montées des communautarismes, aux atteintes à la laïcité, la République recule». Avant la Marseillaise, le candidat a lancé un ultime appel : «Je vais tout donner dans cette campagne. Mobilisez-vous !».

ladepeche.fr

Publié dans ToutPourLaFrance

Commenter cet article