Jungle de Calais: au lieu de traiter la cause, les socialistes traitent les symptômes

Publié le par Christian Estrosi

Démantèlement de la Jungle de Calais : au lieu de traiter la cause, les socialistes traitent les symptômes…

En répartissant les migrants de Calais sur l’ensemble du territoire, l’Etat se désengage sur les Régions. Qui peut croire que c’est en passant d’une jungle de 12 000 migrants à 12 jungles de 1 000 migrants que l’on réglera le problème ?

Le gouvernement et Bernard Cazeneuve agissent de la même façon que pour la situation insupportable de nos policiers qui sont attaqués. Plutôt que de renforcer leurs droits en matière de légitime défense et en renforçant les sanctions par le rétablissement des peines planchers, le gouvernement socialiste leur promet des véhicules blindés et des tenues ignifugées...

Le gouvernement préfère répartir les migrants de Calais dans des micro-jungles en les imposant aux maires plutôt que de prendre les mesures nécessaires face à l’ampleur de cette crise !

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, on nous impose d’accueillir 1 200 migrants. 1 000 places sont ainsi à créer d’ici décembre alors qu’aucune concertation n’a été faite auprès des élus locaux. Qui paie l’ouverture des lits, des personnels, des repas ? 
L’Etat se désengage totalement alors que les collectivités voient encore leur dotation globale de fonctionnement baisser.

Alors que l’afflux de migrants explose, les chiffres des expulsions de clandestins, eux, sont en chute libre : -20%. 
On préfère les répartir sur l’ensemble du territoire français plutôt que de les renvoyer dans leur pays d'origine !

Avec Nicolas Sarkozy, nous proposons de renégocier les accords du Touquet pour permettre à l’Angleterre de prendre ses responsabilités, de rétablir les frontières nationales tant que l’Europe n’a pas une politique migratoire commune, de suspendre le regroupement familial par référendum pour limiter l’immigration, ainsi que de faire en sorte que les demandes d’asile soient examinées dans les pays d’origine et que ne soient autorisés à venir en France que ceux dont la demande a été acceptée.

Publié dans Immigration

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article