Lutte contre le terrorisme: le programme de Nicolas Sarkozy

Publié le par La rédaction

Lutte contre le terrorisme: le programme de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy a déroulé hier son programme de lutte contre le terrorisme à l'occasion d'une longue interview dans le Journal du Dimanche. L'ancien président plaide pour un «changement de dimension» dans la riposte à apporter au terrorisme. Celui qui a construit son retour au sein de sa famille politique et devant les Français sur le retour de l'autorité et sur la fermeté réaffirme sa volonté de modifier le droit français afin de donner plus de moyens judiciaires contre les terroristes. Une réponse en creux à François Hollande qui l'avait accusé la semaine dernière de vouloir remettre en cause l'état de droit à travers plusieurs propositions.

1. Rétention préventive automatique pour les fichés «S».

Pour l'ancien Président, l'urgence est de mettre hors d'état de nuire les personnes le plus à même de passer à l'acte. Dans la quasi-totalité des attaques qu'a connues la France, les auteurs faisaient soit l'objet d'un signalement, soit d'une fiche «S» pour menace à la sûreté de l'État. Nicolas Sarkozy défend l'idée d'une rétention préventive systématique pour tous les individus fichés «S» suspectés d'entretenir des liens avec le terrorisme. Et de rappeler que chaque année 70 000 individus atteints de troubles psychiatriques sont enfermés de cette manière sans l'avis d'un juge. Il propose d'appliquer cette même procédure pour les fichés «S» et pour les individus suspectés de radicalisation qui feraient donc l'objet d'une rétention avec le contrôle d'un juge «a posteriori».

2. Des centres de déradicalisation aussi longtemps que nécessaire.

Une fois placés en rétention préventive, les suspects n'en sortiront qu'après une analyse précise de leur situation de dangerosité. Si un risque persiste, Nicolas Sarkozy propose d'enfermer l'individu dans un centre de déradicalisation duquel il ne sortira «que lorsqu'il ne sera plus radicalisé» ce qui peut prendre plusieurs années.

3. Expulsion immédiate des étrangers suspects.

Dans la même logique, Nicolas Sarkozy propose d'appliquer le principe de précaution inscrit dans la constitution aux étrangers suspectés de liens avec une activité terroriste. Radicalisation, consultation de sites internet jihadistes, contacts avec des personnes radicalisées, etc. seront des motifs suffisants pour expulser ad nutum les étrangers présents sur le sol français.

4. Création d'une cour spéciale antiterroriste.

Nicolas Sarkozy propose aussi de créer une juridiction d'exception pour juger les terroristes. Une cour spéciale antiterroriste sera mise en place concomitamment à la création d'un parquet national antiterroriste (à l'image du parquet national financier qui existe déjà). Des juges de la liberté et de la détention spécialisés dans l'antiterrorisme seront affectés spécialement à cette Cour de sûreté car pour Nicolas Sarkozy, ces individus ne relèvent pas des «juges du droit commun».

5. Des quartiers spécifiques dans les prisons.

Les prisons devront mettre à l'isolement dans les cellules et dans des quartiers spécifiques les radicalisés afin d'éviter toute contagion aux autres détenus.

ladepeche.fr

Publié dans Programme

Commenter cet article