Projet de loi de Finances 2017: le gouvernement au pays des merveilles !

Publié le par Christian Estrosi

Projet de loi de Finances 2017: le gouvernement au pays des merveilles !

Dernier projet de loi de finance du quinquennat est un dernier mensonge pour la route de ce gouvernement.

Suite à la conférence de presse du Ministre de l’économie et des finances, Michel Sapin, on ne peut qu’être inquiets de l’aveuglément du Gouvernement sur la situation réelle de l’économie française et de son optimisme illusoire.

Ce dernier projet de loi de finances du quinquennat est basé sur des hypothèses improbables, comme en atteste le scepticisme du Haut Conseil des Finances publiques présidé par Didier Migaud.
Miser sur 1,5% de croissance pour l’année prochaine est irréel en l’état.

L’image dégradée de la France à l’international, les manifestations violentes contre une réformette au printemps dernier, ont fait fuir de nombreux investisseurs et sont autant d’éléments qui démontrent que la croissance ne sera pas aussi forte qu’espérée.

Par ailleurs, en augmentant les impôts de plus de 50 milliards d’euros en 4 ans, le Président sortant a empêché toute reprise réelle du moteur de l’économie française.

En tablant sur une réduction du déficit public à 2,7%, le Gouvernement fait un vœu pieux.

Qui peut croire que notre déficit passera sous la barre des 3% alors que la dépense publique, qui a déjà atteint un niveau record, va encore augmenter l’année prochaine et que les chiffres du chômage sont catastrophiques ?

François Hollande a ruiné les caisses de l’assurance chômage avec plus d’un million de chômeurs supplémentaires depuis 2012 !

Avec Nicolas Sarkozy, nous proposons de faire passer le niveau de la dépense publique de 57% du PIB à 50%, en réduisant les dépenses publiques de 100 milliards d’euros, en supprimant 300 000 postes de fonctionnaires hors force de l’ordre et en passant de 35 à 37 heures par semaine dans la fonction publique.

Nous créerons enfin les conditions d’une croissance forte et durable dans notre pays. Les entreprises verront ainsi leurs charges diminuer de 11 milliards d’euros dès le mois de juillet prochain, nous réduirons de 10% l’impôt sur les revenus des ménages et nous rétablirons la défiscalisation des heures supplémentaires pour redonner du pouvoir d’achat aux travailleurs.

Cette politique, je l’ai déjà mise en œuvre à la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur en supprimant un impôt, en ne remplaçant pas les 150 départs à la retraite d’ici l’an prochain ou encore en réduisant les dépenses de la collectivité de près de 70 millions d’euros cette année et elle porte ses fruits.

Publié dans Economie, ToutPourLaFrance

Commenter cet article