Prélèvement à la source: une usine à gaz qui complexifie là où il faudrait simplifier

Publié le par Christian Estrosi

Prélèvement à la source: une usine à gaz qui complexifie là où il faudrait simplifier

Prélèvement à la source : le cheval de Troie fiscal de François Hollande qui vise à faire oublier la pression fiscale subie par les Français !

Avec François Hollande, la fiscalité est toujours malheureuse. « Le prélèvement à la source sera une réalité heureuse pour les Français, dès le 1er janvier 2018 » telle était la promesse de Christian Eckert, Secrétaire d’Etat au budget, la semaine dernière.

Aujourd’hui, la réalité présentée aux Français est toute autre et n’a plus rien d’heureuse !

Cette réforme n’est rien d’autre qu’un cheval de Troie fiscal qui, derrière un aspect séducteur et simplificateur, vise à faire oublier la pression fiscale subie par les Français.

Ce n’est pas aux entreprises d’assumer la paperasserie fiscale à la place de l'administration fiscale. Ce n’est pas non plus aux contribuables de faire la trésorerie de l’Etat qui ne rembourserait alors les trop-perçus que 18 mois plus tard.

Le Gouvernement prévoit par ailleurs de déconnecter les crédits d'impôts, dont de nombreux Français bénéficient, du prélèvement à la source. Les bénéfices de ces droits ne seront alors perceptibles que 18 mois plus tard eux aussi. C’est inacceptable !

Le Gouvernement prévoit enfin d’encadrer, très sévèrement, la possibilité de modulation des taux de prélèvement pour que chaque Français puisse adapter son imposition à des variations de revenus ou à un changement de situation personnelle. C’est inacceptable !

Le prélèvement à la source aurait pu être une réforme efficace et salvatrice pour nos compatriotes. Improvisée, c’est au final une usine à gaz qui complexifie là où il faudrait simplifier, alléger et rendre plus lisible !

« Manque de bol » pour François Hollande, en mai prochain aura lieu l’élection présidentielle. Occasion historique, pour les Français, de choisir entre son imagination fiscale sans limite ou les réformes de nous proposons.

Avec Nicolas Sarkozy, nous nous sommes, en effet, engagés sur une baisse des impôts des ménages de plus de 7 milliards d’euros votée dès juillet 2017. S’ils nous font confiance, nos compatriotes, verront ainsi leurs impôts sur le revenu diminuer de 10% !

Publié dans Economie

Commenter cet article