Hollande-Sarkozy, le match des bilans fiscaux

Publié le par La rédaction

Hollande-Sarkozy, le match des bilans fiscaux

Voici un extrait de l'article paru sur atlantico.fr: "Hollande-Sarkozy, le match des bilans fiscaux"

En augmentant massivement les impôts au moment où la croissance ralentissait, François Hollande a accentué la stagnation de l'économie française. Nicolas Sarkozy a mieux réagi en abaissant les impôts au moment de la grande récession

Atlantico : En tenant cormpte des différences de contexte économique, afin de dresser un bilan objectif, qui de Nicolas Sarkozy ou François Hollande a le mieux géré la situation fiscale de la France ? ​Quelles ont été les différences de stratégie entre ​les deux ? D'un point de vue général, lequel des deux a le plus ​usé de l'arme fiscale ?​ ​

Philippe Crevel : Les circonstances économiques ont fortement pesé sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy du fait de la grande récession de 2008-2009 tandis que François Hollande a hérité de la fin de la crise européenne de 2011-2012.

Ainsi, le quinquennat de Nicolas Sarkozy est un quinquennat sur fond de crise économique centenaire quand celui de François Hollande est post-crise.

Au niveau fiscal, les deux présidents ont agi différemment. Dans un premier temps, Nicolas Sarkozy a plutôt voulu réduire la fiscalité à travers notamment la défiscalisation des heures supplémentaires, la réduction des droits de succession et de donation et à travers des mesures de relance par la fiscalité.

Le Président Sarkozy avait également permis à beaucoup de salariés d’effectuer des heures supplémentaires exonérées de fiscalité. Beaucoup de salariés ont ainsi pu augmenter leur pouvoir d’achat et investir le produit de leurs efforts dans l’économie réelle (achat à crédit d’un logement, travaux de rénovation dans le logement, paiement d’études de qualité à leurs enfants, etc).

A l'inverse, François Hollande a alourdi fortement les impôts au début de son quinquennat : hausse de l'impôt sur le revenu, hausse de la TVA, hausse des cotisations retraite, imposition du capital selon les mêmes règles que le travail. Ce choc fiscal a été majeur -plus d'une trentaine de milliards d'euros sur les ménages.

Le Président Hollande avait promis d’être un Président normal. Sous sa présidence, au-delà des histoires de fesses, la France n’a cessé d’innover pour plomber son économie : taxe à 75%, taxe sur la cabane de jardin, hausse de la TVA, surtaxe sur les résidences secondaires, fin de la déductibilité partielle de la CSG, taxation de l’excédent brut d’exploitation des entreprises, gel du barème de l’IR, taxation des CDD et tant d’autres taxes que l’on oublie de lister !

Contrairement à son prédécesseur qui assumait clairement les conséquences de ses erreurs devant le peuple (n’était-ce pas là sa véritable erreur ?), François Hollande n’a cessé de mentir de manière effrontée et flagrante.

Au-delà des aspects de techniques fiscales, les politiques fiscales par les deux Présidents ont été radicalement opposées : Nicolas Sarkozy a tenté de faire revenir les contribuables les plus aisés en France (bouclier fiscal) alors que François Hollande a tout fait pour les faire fuir (taxe à 75%) !

Philippe Crevel

Economiste

Publié dans Bilan

Commenter cet article