NICOLAS SARKOZY PROPOSE DE CONSTRUIRE 20000 PLACES DE PRISON

Publié le par Jean-Pierre Maxime

NICOLAS SARKOZY PROPOSE DE CONSTRUIRE 20000 PLACES DE PRISON

NICOLAS SARKOZY PROPOSE DE CONSTRUIRE 20000 PLACES DE PRISON. AVEC HOLLANDE, 100000 PEINES NE SERAIENT PAS EXECUTEES.

En effet, depuis 4 ans, la gauche a adapté la politique pénale au parc pénitentiaire. Pas étonnant que les peines ne soient pas exécutées ! D’ailleurs, durant toute la Ve République, ce ne sont que les majorités de droite qui sont à l’origine des plans de construction de prisons. La gauche, tout à son idéalisme, a préféré continué de croire à ses vieilles lunes. La prison « ce n’est pas moderne, c’est même vulgaire », pensent-ils. « De tout temps, on a pris les beaux sentiments pour des arguments ». Nietzsche. Toute la naïveté des socialistes est étalée dans cette réflexion.

Ils ont donc annulé le plan de constructions de prisons proposé par Nicolas Sarkozy, en 2012.
Ce n’est pas l’annonce, en fin de quinquennat, de M. Valls qui va redorer leur blason, en matière de sécurité. Non, la gauche n’a rien appris du monde dangereux dans lequel nous vivons
En 2012, Éric Ciotti était l’un de ceux qui avaient amené Nicolas Sarkozy à décider un plan de 24 500 places pour atteindre à terme les 80 000 places de prison à l’horizon 2017. « Nous étions prêts à construire des bâtiments modulaires pour réduire la surpopulation le temps de la construction », se souvient-il.

Oui, mais le dogmatisme de gauche est passé par là, Taubira avec. la gauche fait la découverte tardive de la réalité carcérale avec des conséquences irréparables. la peine encourue n’est jamais la peine prononcée, les magistrats ont rarement hâte de les faire exécuter - 100 000 peines ne le seraient pas - enfin l’accent est mis sur l’aménagement des peines pour réguler la population carcérale.

Concernant l’exécution des peines, les victimes et les Français en général n’admettent plus qu’une peine de prison prononcée publiquement au nom du peuple français se transforme généralement en aménagement de peine, qu’elle soit systématiquement déconstruite par son inexécution et sa réduction automatique. Cela génère un profond sentiment de défiance envers notre justice. Dès lors qu’un délinquant fait l’objet d’une condamnation, il est donc impératif qu’elle se traduise dans les faits. Et pour cela, il faut des prisons ! Sinon que vaut la justice, dans notre pays ?.

« Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font du mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire ». disait Einstein.

Avec Nicolas Sarkozy, les choses sont dites et bien dites. Vive le réalisme agissant de Nicolas

Publié dans Justice, Programme

Commenter cet article