Lydia Guirous : « Refuser nos ancêtres les Gaulois, c’est refuser la France »

Publié le par La rédaction

Lydia Guirous : « Refuser nos ancêtres les Gaulois, c’est refuser la France »

Quand Nicolas Sarkozy parle de « nos ancêtres les Gaulois » ce n’est pas pour donner un cours d’histoire mais un cours de citoyenneté à tous ceux qui ne comprennent pas ce que veux dire « être Français ».

Pour avoir un futur commun, il faut avoir une histoire commune. La diversité des populations et leurs mouvements depuis les origines de notre pays, nous oblige à créer cet imaginaire collectif et à y adhérer : nos ancêtres les gaulois en font partie intégrante.

Dire « nos ancêtres les Gaulois », c’est dire « j’aime mon pays la France ». Le refuser, c’est dire « Je suis un étranger en France et j’entends y vivre comme un étranger » ou pire « Je suis Français mais j’entends vivre en France comme dans mon pays d’origine ».

Pourquoi autant de vagues autour de cette histoire de Gaulois ? Encore une fois nous sommes victimes des ravages de la pensée unique et de sa politique d’intégration. À force de faire l’apologie des différences et d’imaginer que d’avoir une histoire commune est une honte, toute personne qui rappellent qu’une Nation se construit autour de mythes communs est taxée de réactionnaire, voire de raciste.

Apprendre « nos ancêtres les Gaulois » n’a pas pour vocation à être une vérité historique absolue. Elle est la manifestation d’un attachement profond à une histoire commune, à une Nation commune. Tout le monde sait très bien que la France était composée de multiples peuples comme les Burgondes, les Francs, les Celtes et les Gaulois. Mais la France n’est pas une simple photographie ethnographique mais une idée. C’est précisément pour rassembler tous ces peuples et créer une Nation commune que l’Etat, notamment sous la IIIème République a constitué notre roman national autour de mythes fondateurs. C’est la singularité de notre pays, l’Etat préexistait à la Nation. Ces mythes fondateurs, dont les Gaulois, sont l’âme de la France.

On peut être né à Alger, à Dakar, ou à Varsovie et se sentir pleinement Français précisément parce que nous appartenons à une même Nation. Or, le roman national avec ses mythes sont le ciment de la Nation. Oui je suis née en Algérie et je suis devenue française quand j’étais enfant et j’ai eu plaisir à apprendre « nos ancêtres les Gaulois ». À travers cela, je me suis inscrite dans le destin commun de la France, dans l’idéal qu’est notre République. La France c’est une famille et pour rassembler, au delà de nos différences, de nos origines, de nos croyances, elle a besoin d’un imaginaire partagé de tous ces enfants et celui-ci passe aussi par « nos ancêtre les Gaulois ». L’objectif, rappelons le encore une fois aux adeptes du multiculturalisme, est de favoriser la cohésion nationale… pas la recherche de la réalité historique ou ethnique de chacun.

Quand notre pays et nos valeurs sont menacés comme aujourd’hui, il convient encore plus de se retrouver autour de ce socle commun qu’est la Nation et dont l’expression politique est la République. Sans ces références, la France est comme une maison sans fondation, un arbre sans racine.

valeursactuelles.com

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article