NICOLAS SARKOZY S'EXPRIME SUR L'AFFAIRE BYGMALION

Publié le par La rédaction

NICOLAS SARKOZY S'EXPRIME SUR L'AFFAIRE BYGMALION

NICOLAS SARKOZY S'EXPRIME SUR L'AFFAIRE BYGMALION DANS LE JDD.

Le parquet vient de requérir votre renvoi en correctionnelle dans l'affaire Bygmalion. Votre avocat dénonce une "manœuvre politique". Que signifie cette expression ?

Aucun justiciable n'a été autant surveillé, examiné, interrogé que moi. On a écouté mes téléphones, vérifié mes comptes. On est allé même jusqu'à me suspecter de trafic de drogue ! En ce qui concerne Bygmalion, après une journée ­entière d'audition, le juge a abandonné, me concernant, tous les chefs de mise en examen en relation avec les agissements des dirigeants de cette société, dont personne ne peut dire qu'ils étaient mes amis.

Le juge n'a prononcé qu'une mise en examen pour le dépassement du plafond légal de mon compte de campagne, qu'il a qualifié lui-même de "délit formel". Or le Conseil constitutionnel s'est déjà prononcé sur ce dépassement et l'a déjà sanctionné. Ses décisions "s'imposent à toutes les juridictions". Qui peut dire le contraire, surtout lorsqu'on veut invoquer l'État de droit? Et que dire des réquisitions du parquet inexactes juridiquement qui sont communiquées à la presse le matin même de l'ouverture du procès ­Cahuzac ? Peut-on considérer qu'il s'agit d'un traitement normal ?

Nicolas Sarkozy
Source le JDD

Publié dans Actualité

Commenter cet article