Primaire: Christian Estrosi choisit Nicolas Sarkozy

Publié le par La rédaction

Primaire: Christian Estrosi choisit Nicolas Sarkozy

Je choisis Nicolas Sarkozy !

J'ai fait le choix de soutenir Nicolas Sarkozy. Ce choix n'est pas fondé sur notre amitié ni sur un passé politique commun mais sur une analyse du contexte et sur un projet que nous partageons. Je considère que, face à la menace intérieure et extérieure que nous connaissons, il est le meilleur candidat. Le meilleur pour affronter le Front national, contre lequel je me suis beaucoup battu. Le meilleur face à la menace terroriste. Le meilleur surtout pour engager le redressement de notre économie et de notre production industrielle.

La situation nécessite une grande expérience de l'appareil d'État, ainsi que de l'autorité et de la fermeté. On ne peut pas gagner la guerre qui nous est déclarée avec les seules lois de la paix. On ne vaincra qu'avec les lois de la guerre. Il faut quelqu'un qui ait un discours clair, pour faire admettre aux Français qu'il nous faudra assumer la privation d'un certain nombre de libertés. Le temps de l'insouciance est révolu et chacun doit en prendre conscience jusqu'au sommet de l'État. Par tempérament et par expérience, Nicolas Sarkozy est celui qui est capable d'apporter cette réponse.

Nicolas Sarkozy et moi sommes d'accord sur une chose : battre le FN est un devoir national. Il a un discours ferme sur les principes républicains. Je connais son sens de l'équilibre et sa dimension sociale. Si je m'engage à ses côtés, c'est aussi pour être le garant de cette dimension sociale. Il faut des mesures qui rendent l'espérance aux Français : baisser les impôts de manière drastique, engager la bataille de la réindustrialisation et de l'innovation pour recréer des emplois... Je le fais en Provence-Alpes-Côte-d’Azur, je veux aider Nicolas Sarkozy à le faire pour le pays.

Christian Estrosi

Comme moi, parrainez Nicolas Sarkozy en téléchargeant le PDF sur : http://www.christian-estrosi.com/…/je-choisis-nicolas-sark…/

Publié dans Primaires

Commenter cet article