Le Touquet : l’impressionnant bain de foule de Nicolas Sarkozy après sa séance de dédicace

Publié le par La rédaction

Nicolas Sarkozy dédicace son livre à la maison de la presse du Touquet. Photo Guy DROLLET
Nicolas Sarkozy dédicace son livre à la maison de la presse du Touquet. Photo Guy DROLLET

Une fille d’attente tout le long de la rue de Paris sous un soleil de plomb, une forêt de micros et de caméras devant l’entrée de la maison de la presse du Touquet. C’est dans une ambiance survoltée que Nicolas Sarkozy est venu dédicacer son livre «Tout pour la France» avant de tenir un meeting au campus des Républicains.

Tenez Monsieur Sarkozy, je vous ai apporté des chouquettes. Je sais que vous aimez bien ça. » Assis devant une table recouverte d’une nappe blanche et entourée par une nuée de photographe, Nicolas Sarkozy remercie le fan, d’un grand sourire un peu mécanique. C’est-à-dire que samedi après-midi, l’ancien président de la République, bien décidé à rempiler l’année prochaine, n’a guère eu l’occasion de respirer, dans l’atmosphère surchauffée de la maison de la presse du Touquet.

Dédicace

Il était fermement attendu pour la séance de dédicace de son livre « Tout pour la France ».Ses plus ardents supporters n’ont pas hésité à faire le pied de grue sous un soleil accablant pendant plus de deux heures afin de recueillir le précieux autographe sur la page de garde du livre qu’ils venaient d’acquérir. Et on a prévu large : 800 exemplaires.

« Nicolas ! Nicolas ! » Dans la rue, soudain, ça s’agite. Les médias à l’intérieur braquent leur objectif et « il » apparaît dans une forêt de micros, sourire aux lèvres. « Je suis où ici ?» demande-t-il. Delphine Dausque, la gérante de la maison de la presse s’avance. Nicolas Sarkozy lui serre la main : « Merci de m’accueillir chez vous. » Pas le temps de souffler. les premiers fans sont déjà dans les starting-blocks. Nicolas Sarkozy s’installe à la table, cerné par une vingtaine de journalistes. Devant lui, une assistante lui égrène le prénom des personnes qui passent devant lui : « Gérard, Nathalie, André… » et Nicolas Sarkozy retranscrit ajoutant le mot amitié. « Merci, merci, merci. »

Le candidat à la primaire n’a pas le temps de s’attarder. Dix secondes par personne, pas une de plus, ça presse dans la file d’attente. De temps en temps on lui demande une photo. Le candidat à la primaire ne se défile pas. « Monique, rapproche-toi, tu n’es pas dans le cadre », s’exclame un mari agacé. Nicolas Sarkozy bouge un petit peu pour que tout le monde soit sur la photo.

Darmanin et Ciotti présents

Au bout d’un quart d’heure, il tombe la veste, demande aux caméras et micros de lui faire un peu d’air et demande un café. Il se détend un peu, l’atmosphère est moins survoltée. Daniel Fasquelle, qui ne l’a pas encore croisé, vient le saluer. Dans la maison de la presse il y a aussi Gérald Darmanin et Éric Ciotti, venus humer l’atmosphère.

Monique aura attendu deux heures. Mais elle a eu son fameux autographe : « Amitiés, Monique » suivi de la signature quasiment illisible. Mais ça suffit au bonheur de Monique qui vient de la région parisienne. « Je le suis à tous ses meetings, c’est mon héros ! D’ailleurs, il m’a reconnu. »

Fabrice leviel

m.lavoixdunord.fr

Publié dans Dédicace

Commenter cet article