François Baroin étrille la majorité et réaffirme son soutien à Nicolas Sarkozy

Publié le par La rédaction

François Baroin étrille la majorité et réaffirme son soutien à Nicolas Sarkozy

À la soirée des amis d'Éric Ciotti, à Nice, ce vendredi, François Baroin a étrillé l'actuelle majorité, avant de réaffirmer son soutien à Nicolas Sarkozy.

Pas moins de 4 000 couverts sont dressés dans l'immense parc des Arènes de Cimiez à Nice. Devant chaque assiette, un drapeau français et un dépliant à la gloire d'Éric Ciotti. Le député et président des Alpes-Maritimes organisait vendredi soir sa traditionnelle « soirée des amis d'Éric Ciotti ». Il en est un de marque qui a su se faire remarquer : François Baroin. L'ancien ministre de l'Économie, venu « par amitié pour Éric », a choisi une terre éminemment sarkozyste pour sa première prise de parole publique depuis l'annonce de son soutien à l'ancien président. Devant un auditoire plus qu'acquis à sa cause. De sa voix grave et de son phrasé long et élégant, il a allègrement étrillé la majorité et a encensé Nicolas Sarkozy.

Amateurisme éclairé

« Quand le seul projet est de sortir Nicolas Sarkozy de l'Élysée, on aboutit à une majorité de rencontre. On ne gagne pas pour ou contre un homme, on gagne avec un projet. » François Baroin sort les crocs, accuse François Hollande de commettre un « mensonge » quand il « a fait croire aux Français qu'il n'y avait pas de crise ». Tacle son « esprit de revanche » qui l'a poussé au « détricotage » de toutes les mesures prises durant le quinquennat. Regrette que François Hollande n'ait été « que la souris dans le couple avec Angela Merkel ». Parle d'un « esprit d'amateurisme éclairé ». Et il ne s'arrête pas là. La déchéance de nationalité ? « Un texte non préparé et une absence de majorité qui ont conduit à l'utilisation du 49.3 et ont mis les syndicats dans la rue. » Le mouvement Nuit debout ? « Des anarcho-libertaires et un extrémisme de gauche occupant notre espace public. »

Caractère, tempérament et expérience

François Baroin se plaît à rappeler qu'il a été sous Chirac l'auteur d'un rapport préconisant l'interdiction du voile à l'école. Et ses mots sont durs contre ceux qui « utilisaient le voile comme bélier pour enfoncer les portes de la République et attaquer l'école républicaine ». Il parle de la « patrie française » : « Nous avons besoin de ces repères. Il faut rétablir l'attachement au pacte républicain. » Le président de l'Association des maires de France entend justifier son soutien à Nicolas Sarkozy.

« On ne se parlait plus, on s'est retrouvés autour d'une table, affirme-t-il. Dans le contexte actuel, il faut du caractère, du tempérament, de l'expérience. Il faut relancer le couple franco-allemand, relancer l'investissement, offrir un rêve à la jeunesse… » Selon lui, Nicolas Sarkozy répond à tous ces critères. « Depuis longtemps, mon choix est fait. Il se porte sur Nicolas Sarkozy. Il a su rester loin après sa défaite. (…) L'histoire de notre famille lui a imposé de revenir. »

Dans une formule énigmatique, Éric Ciotti s'adresse à son ami : « L'année prochaine, je souhaite que tu occupes auprès du président les fonctions que nous attendons de toi. » « Je ne vois que lui pour porter une vision d'avenir pour le pays. Dès septembre, je serai à ses côtés. »

DIANE MALOSSE

lepoint.fr

Publié dans Primaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article