Primaires : pour eux ce sera Nicolas Sarkozy

Publié le par La rédaction

Primaires : pour eux ce sera Nicolas Sarkozy

Même si Nicolas Sarkozy n'est pas encore candidat déclaré à la primaire de la droite pour 2017, ses soutiens locaux s'activent et croient en les chances du Président des Républicains.

Pas encore officiellement candidat pour les primaires de la droite, Nicolas Sarkozy prépare déjà le terrain.En tout cas en région ses référents se mobilisent pour recueillir des parrainages d'élus et d'adhérents, des fonds aussi, pour que quand le président des Républicains se déclare tout soit alors prêt.

Hier jeudi, les référents départementaux de l'Aquitaine étaient réunis à Bordeaux pour organiser leur action et pour montrer que même en Aquitaine, région d'Alain Juppé, le maire de Bordeaux favori des sondages, d'autres choisissent un autre candidat. Yves Foulon le député-maire d'Arcachon coordonne ces "référents" de l'ancienne région Aquitaine, on retrouve à ses côtés le maire de Périgueux Antoine Audi pour la Dordogne, Christine Bonfanti-Dossat, conseillère départementale du Lot-et-Garonne et secrétaire départementale des Républicains. Le Landais Arnaud Tauzin, conseiller régional et Marc Oxibar, pour les Pyrénées-Atlantiques, lui aussi conseiller régional.

Une campagne pour Nicolas Sarkozy, pas contre les autres

Les sondages actuels donnant Alain Juppé en tête ne les inquiètent pour l'instant pas outre mesure. Ils prennent en exemple — et en rigolent — le cas de François Hollande qui n’apparaissait pas comme le favori lors de la primaire socialiste en 2011. "Il a su rassembler notre parti" loue Yves Foulon. "On le présente comme quelqu'un qui gesticule sans cesse mais il s'est assagit et à su tirer le bilan de son mandat de Président" renchérit Christine Bonfanti-Dossat.

Y. Foulon : "Nous croyons que Nicolas Sarkozy sera le candidat du rassemblement"

Dans une région où un "tropisme favorable à Alain Juppé existe" reconnait Antoine Audi, eux ont pourtant choisi Nicolas Sarkozy. "Très vite et depuis très longtemps dans notre famille politique, l'énergie et le charisme de Nicolas Sarkozy nous ont semblé évident" argumente Marx Oxibar. Le Président des Républicains a retrouvé depuis quelques temps une ligne volontiers "droite forte", mercredi à Lille il a vanté une "identité française" proche des valeurs traditionnelles quand Alain Juppé parlait ces derniers temps d'une "'identité heureuse", plus tempérée, notamment sur le thème de l'immigration. "Il faut que nous soyons fiers d'être de droite, lance Arnaud Tauzin, nous ne sortirons pas de la situation actuelle sans mesure radicale, nous n'avons pas besoin de compromis mou". La ligne du maire de Bordeaux est ici au centre des reproches.

Arnaud Tauzin : "Nicolas Sarkozy crée de l'enthousiasme"

Et pourtant tous l'assurent, au soir des résultats de la primaire fin novembre, tous se rangeront derrière le vainqueur. "Nous faisons campagne pour un candidat et pas contre les autres" résume Yves Foulon. Sachant que le gagnant, qui qu'il soit devra défendre le programme du parti qui sera voté par les instances nationales le 2 juillet prochain. Date à laquelle seront validées les investitures des candidats... et donc celle de Nicolas Sarkozy espèrent ses référents aquitains.

francebleu.fr

Publié dans Primaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article