Nicolas Sarkozy: «Quels Français veulent rentrer dans la France de François Hollande ? »

Publié le par La rédaction

Nicolas Sarkozy: «Quels Français veulent rentrer dans la France de François Hollande ? »

Invité de RTL ce jeudi matin depuis Londres, où il a rencontré la communauté française, l'ancien chef de l'Etat a notamment répondu à l'interview de François Hollande dans «Les Echos». Dans celle-ci, le président affirmait au sujet du sentiment de trahison qu'éprouvent certains électeurs de gauche que «la trahison ç'eut été de laisser le pays dans l'état où je l'ai trouvé».


«François Hollande ne manque pas d'aplomb pour affirmer ce qu'il affirme», s'est agacé Nicolas Sarkozy critiquant à son tour la politique de son successeur. L'ancien chef de l'Etat s'en est pris à la politique fiscale. Interrogé sur la possibilité que des Français installés à Londres veuillent rentrer après le Brexit, Nicolas Sarkozy a ironisé : «Quels Français veulent rentrer dans la France de François Hollande ? » «S'il pense qu'il va faire de Paris une place compétitive avec une taxe à 75%, avec le matraquage fiscal qui a été organisé, avec le compte pénibilité, avec l'ensemble des décisions qu'il a prises contre les entreprises, il n'y a aucune chance», a assuré le patron du parti les Républicains.

«On est consterné pour François Hollande»

NICOLAS SARKOZY

L'ancien chef de l'Etat a également critiqué l'attitude de François Hollande après le Brexit. «Lorsque le Brexit s'est présenté, monsieur Hollande nous a fait part de sa tristesse. On est consterné pour lui, mai on n'attend pas du président qu'il nous dise son émotion mais qu'il prenne des décisions», a fustigé Nicolas Sarkozy qui avait déjà affirmé il y a quelques jours que «François Hollande ne sera pas à la hauteur».

«Je ne me résoudrai jamais à ce que la France devienne un pays normal»

NICOLAS SARKOZY

Le président du parti Les Républicains a également dénoncé la transparence du chef de l'Etat vis à vis d'Angela Merkel. «L'Europe avance, quand le couple franco-allemand prend des initiatives. Mais le couple franco-allemand n'existe plus car le Français n'est plus à bord», a-t-il estimé.

Au sujet du choix du Royaume-Uni de sortir de l'Union européenne, Nicolas Sarkozy a martelé qu' «on ne peut pas dire que c'est un vote historique et y répondre par des petites mesures». Il a notamment plaidé une fois de plus pour un nouveau Schengen.

En fin d'interview, il a été fait remarquer à Nicolas Sarkozy que François Hollande était en train d'installer le «match» pour qu'ils soient de nouveau face à face lors de la présidentielle de 2017. Il s'est contenté de répondre : «En avez-vous jamais douté ?». Mais, questionné pour qu'il déclare ses propres intentions, il a botté en touche, assurant que ce «n'est pas une affaire personnelle».

«Je ne me résoudrai jamais à ce que la France devienne un pays normal», a conclu Nicolas Sarkozy. Un dernier tacle à François Hollande qui, lors de la campagne de 2012, s'était présenté comme «le candidat normal».

leparisien.fr

Publié dans Interwiew

Commenter cet article