Emploi, pouvoir d'achat: l'intégralité du bilan de Nicolas Sarkozy

Publié le par La rédaction

Emploi, pouvoir d'achat: l'intégralité du bilan de Nicolas Sarkozy

L’ensemble des mesures prises par le gouvernement depuis le début des crises successives en 2008 a freiné le repli de la croissance, permis un rebond du PIB (1,5% en 2010 et 1,7% en 2011) et limité l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi, notamment en comparaison à nos voisins européens.

Soutenir les secteurs sources d’emplois : 34 milliards d’euros

  • Automobile : prime à la casse, prêts aux constructeurs
  • Bâtiment et restauration : baisse de la TVA
  • PME : 3,2 milliards d’euros de prêts bancaires

Maintenir le pouvoir d’achat

  • Suppression du deuxième et troisième tiers provisionnel en 2009 pour 4 millions de foyers
  • Versement d’une prime de 150 euros à 3 millions de foyers modestes avec enfants
  • Versement obligatoire d’une prime exonérée d’impôt en cas d’augmentation de dividendes dans les entreprises de plus de 50 employés
  • Elargissement et assouplissements des accords d’intéressement et de participation
  • Obligation de négocier régulièrement les salaires

Assainir le système bancaire

  • Suppression des avantages fiscaux liés aux stock-options
  • Prêts aux banques pour éviter la faillite et préserver l’épargne des Français, qui a rapporté 2,4 millions d’euros à l’Etat

Valoriser le travail

  • Défiscalisation des heures supplémentaires pour 9 millions de salariés, leur permettant de toucher 450 eurosd de plus en moyenne par an
  • Travail possible, dans certaines conditions, le dimanche
  • Création du revenu de solidarité (RSA), encourageant le retour à l’emploi et perçu en 2012 par 1,9 million de familles
  • Limitation du système des préretraites
  • Encouragement des entreprises à recruter ou maintenir les seniors dans leur emploi, sous peine de pénalités
  • Amélioration du dispositif de cumul emploi-retraite
  • Exonération d’impôts jusqu’à 3 smics par an pour le travail des jeunes
  • Rémunération des stages obligatoires pour toute durée supérieure à deux mois
  • Plan d’urgence en 2009 de 1,3 milliard d’euros en faveur des jeunes actifs, notamment au moyen de l’alternance
  • Développement de l’apprentissage, 400 millions d’euros pour une meilleure insertion professionnelle
  • Création de nouveaux centres de formation avec hébergements, pour un investissement de 500 millions d’euros
  • Permis de conduire plus accessible : dispositif à 1 euro par jour, délais réduits, démarches administratives simplifiées

Accompagner le salarié

  • Renforcement de l’accession à la formation continue avec la création d’un fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels
  • Amélioration des reclassements des salariés licenciés avec le contrat de sécurisation professionnelle
  • Création de la rupture conventionnelle du contrat de travail, favorisant l’accord employeur/employé
  • Mise en place du plan santé au travail, bénéficiant de 30 millions dès 2010
  • Personnalisation progressive de l’accompagnement des demandeurs d’emploi, avec la création de Pôle emploi (fusion ANPE/Assedic)
  • Indemnisation du chômage plus juste : abaissement de la durée minimale de travail de 6 à 4 mois pour bénéficier de l’allocation, suspension possible des indemnités dès le refus de deux offres d’emploi

Protéger le patrimoine des classes moyennes

  • Suppression des droits de succession, excepté pour les familles les plus aisées
  • Accession à la propriété encouragée
  • Alourdissement des impôts pour les ménages bénéficiant de revenus élevés

Publié dans Bilan

Commenter cet article