A Lille, Nicolas Sarkozy s'adressera au peuple de France

Publié le par La rédaction

A Lille, Nicolas Sarkozy s'adressera au peuple de France

Mercredi soir, Nicolas Sarkozy devait délivrer près de Lille un discours sur ses thèmes de prédilection, l'autorité et l'identité nationale. Une trentaine de parlementaires l'accompagnent à Saint-André-lez-Lille, dont le chiraquien François Baroin, président de l'Association des maires de France, qui vient d'officialiser son soutien, Eric Woerth, le numéro trois du parti, Eric Ciotti, Luc Chatel ou Rachida Dati.

Ce sera son premier gros meeting depuis celui de Strasbourg, en novembre, 12 jours après les attentats. Il avait alors dénoncé "l'affaissement de la République", critique récurrente du patron de la droite, qui ne cesse de brocarder un pouvoir socialiste "sans cap, sans politique, sans vision".

"Ce ne sera pas un discours programmatique mais un discours sur les valeurs. Il s'adressera au peuple de France", assure son entourage. "Ce sera un peu la suite de son discours de Nîmes en 2006", ajoute-t-on.

Le 9 mai 2006, M. Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur et, comme aujourd'hui, pas encore officiellement candidat, avait longuement parlé de la France et de ce qui fait son identité: sa culture, son patrimoine, son histoire... "Il nous faut affirmer notre fierté d'être Français", disait-il alors. "D'où vient la tentation communautariste qui s'oppose à l'idée que je me fais de la Nation ?", s'interrogeait-il également.

Ces mots ont, pour l'ancien président, gardé toute leur actualité, le poussant, devant le think tank France Fière le 24 mai, à proposer "un nouveau pacte d'assimilation", un "enjeu fondamental pour la France de demain".

Il devait redire dans le Nord que, pour lui, "appartenir à la communauté française, c'est se reconnaître dans cette civilisation que des terroristes aveuglés par la haine de l'islamisme radical ont voulu atteindre deux fois dans notre pays en 2015".

la-croix.com

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article