SUR FRANCE INTER, NICOLAS SARKOZY PLAIDE POUR UNE POLITIQUE D’IMMIGRATION COMMUNE AUX PAYS MEMBRES DE L’ESPACE SCHENGEN

Publié le par Nelly

SUR FRANCE INTER, NICOLAS SARKOZY PLAIDE POUR UNE POLITIQUE D’IMMIGRATION COMMUNE AUX PAYS MEMBRES DE L’ESPACE SCHENGEN

Au soir de la journée de travail consacrée à l’Europe, le président des Républicains, Nicolas Sarkozy était l’invité mercredi soir de l’émission « Un jour dans le monde » sur France Inter.

L’occasion d’évoquer le référendum sur la sortie éventuelle de la Grande-Bretagne de l’Union européenne. « La sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne serait un grave problème car cela consisterait à perdre la 2ème économie de l’Europe. Le grand chelem de l’erreur serait de perdre la dynamique économique de la Grande-Bretagne et d’accueillir la Turquie au sein de l’Union européenne », relève Nicolas Sarkozy.

Pour lui, Brexit ou non, « il faudra poser les bases d’un traité européen, de changer les règles du jeu dont Schengen qui est mort. Tant qu’il n’y a aura pas de Schengen 2 il faut rétablir les frontières », estime Nicolas Sarkozy qui souhaite, dès les premiers jours de l’alternance de mai 2017, créer un « EuroSchengen, un gouvernement des ministres de l’Intérieur avec un président stable et un secrétaire général qui incarneront la politique d’immigration de l’Union européenne. Une politique d’immigration commune aux pays », insiste Nicolas Sarkozy, plaidant pour des aides sociales identiques dans chaque pays.

Le président des Républicains a profité de l’occasion pour rappeler que « l’Europe est le continent le plus ouvert du monde. La pression mise sur l’Europe est insupportable», estime Nicolas Sarkozy pour qui la solution structurelle pour lutter contre la pression migratoire est « l’éradication de Daesch, le combat politique pour que les chrétiens d’Orient restent en Orient et un plan Marshall pour le développement de l’Afrique ».

En effet le continent africain passera d'ici 2030 de 1 à 2,3 Mds d'habitants. D’où l’importance pour Nicolas Sarkozy que l’Union européenne s’attèle à développer des coopérations de développement économique avec les pays de ce continent.

Plus largement Nicolas Sarkozy a posé la question de l’évolution démographique mondiale, « un problème majeur incontournable, inquiétant dont on ne parle pas. Combien d’habitants peuvent vivre sur la planète ? Telle est la question qui nous est posée. C’est un choc prévisible et certain », a-t-il insisté.

« Une des priorités de la politique étrangère française c’est l’Afrique et la Méditerranée », a poursuivi Nicolas Sarkozy pour qui « la paix dans le monde dépendra de l’équilibre dans la Méditerranée ».

Enfin, interrogé sur le rôle de la Russie dans le conflit syrien, Nicolas Sarkozy a estimé que « mettre la Russie hors-jeu est une erreur monumentale ». Pour lui, « nous ne sortirons pas du cauchemar syrien sans la Russie ».

republicains.fr

Publié dans Interwiew

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article