Sébastien Ginet: Nicolas Sarkozy a l’expérience, l’autorité nécessaire et la volonté de réformer

Publié le par La rédaction

Sébastien Ginet, président des Républicains dans les Alpes de Haute-Provence

Sébastien Ginet, président des Républicains dans les Alpes de Haute-Provence

Aujourd’hui, les Républicains des Alpes-de-Haute-Provence accueillent Nicolas Sarkozy, leader du parti. Au programme de l’ex-président de la République, visites d’entreprises et tables rondes à Sisteron et Mane, puis rencontre avec les sympathisants à Pierrevert à 18 h. Sébastien Ginet, président de la fédération bas-alpine de LR, répond à nos questions.

Qu’attendez-vous de cette visite de Nicolas Sarkozy?

"Je pense qu’il est important qu’il vienne sur le terrain voir les problèmes d’un département rural comme le nôtre, tant au niveau de l’agriculture qu’au niveau de l’entreprise ou l’aménagement du territoire, aborder des sujets comme la désertification médicale, bref d’amener le président Sarkozy au plus près du terrain, pour qu’il puise dans cette visite un programme pour les prochaines échéances qui permette aux départements ruraux de ne pas être oubliés."

Il y a deux tables rondes prévues, sur les thèmes de l’agriculture et l’entreprise. Quelles problématiques locales allez-vous lui soumettre ?

"Il va être reçu chez Serhy, une entreprise qui s’occupe du développement de microcentrales hydroélectriques. On va lui montrer la réussite qu’a été la création du parc d’activités de Sisteron. Que dans un pôle rural, quand on fait de l’aménagement du territoire et qu’on fait venir l’autoroute, voilà le type d’entreprise qu’on peut créer. Et lui dire qu’on a besoin de lui, et surtout qu’on a besoin de l’ensemble des candidats à la primaire pour se rendre compte que dans la ruralité, il est vraiment nécessaire d’investir lourdement dans l’aménagement du territoire. Ce qu’on va lui demander, c’est de la liberté pour nos entreprises, de la flexibilité économique et bien évidemment aussi l’assouplissement du Code du travail. Ça fait 25 ans qu’on en parle et 25 ans qu’on ne l’a jamais fait."

Et sur l’agriculture ?

"On va parler d’énormément de sujets. On va parler des normes environnementales, trop lourdes, de donner aux agriculteurs aussi de la flexibilité sur le coût du travail, la possibilité de pouvoir être concurrentiel à l’échelle européenne. Il y a chez les agriculteurs un sentiment de ras-le-bol généralisé, que leur profession n’est pas écoutée. Il est vraiment nécessaire de montrer que ce ne sera pas le cas dans les années qui viennent. Parce que l’agriculture ce n’est pas juste 3,2 % de la population active des Alpes-de-Haute-Provence, c’est des familles. On a tous un père, un grand-père, un oncle qui a été agriculteur. Ça fait partie de notre identité.

Il se dit que votre préférence pour les primaires va à Nicolas Sarkozy…

"Même s’il est très critiqué et que beaucoup disent que ce n’est pas le mieux placé pour l’emporter, il a, à mon avis, trois qualités fondamentales : l’expérience de la fonction, l’autorité nécessaire et surtout la volonté de réformer. C’est pourquoi, à titre personnel, j‘appelle à sa candidature et je le soutiens. Bien évidemment, si c’est un autre candidat qui remporte les primaires, il aura tout mon soutien, ainsi que celui de la fédération."

ledauphine.com

Publié dans Primaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article