Sarkozy fustige les «idéologues du multiculturalisme»

Publié le par La rédaction

Sarkozy fustige les «idéologues du multiculturalisme»

Invité mardi soir au colloque organisé par «France Fière», un think-tank de droite qui veut s'adresser aux quartiers populaires, l'ex-président de la République a donné sa définition de l'identité française.

«Hier encore, affirmer publiquement qu'il existait une identité française était considéré comme une insupportable provocation. Aujourd'hui, la fierté de la France est un drapeau. On peut organiser un colloque sur ce sujet. Nous avons gagné un combat culturel et politique majeur» a commencé Nicolas Sarkozy, invité par le think-tank «France Fière» qui consacrait mardi soir un colloque ayant pour thème l'identité française. Dans le sous-sol des Invalides, à quelques mètres du tombeau de Napoléon, une centaine de personnes, pour la plupart issues de la «diversité» était présente pour débattre sur le thème de l'identité française, dont Nicolas Sarkozy avait fait un cheval de bataille en 2007 et 2012.

«La France, c'est un miracle, auquel chacun d'entre nous a décidé de croire. Un miracle millénaire, qui aurait pu dix fois, cent fois, être brisé par l'histoire. Un miracle qui a fait de la beauté un cadre de vie et de la liberté une raison de vivre.», a-t-il commencé. «C'est quoi l'identité de la France?» s'est interrogé le patron des Républicains: «Ce sont d'abord ses paysages, une langue le français, ciment culturel de notre nation. C'est une histoire épique, glorieuse, tragique, dont le récit a construit la nation, c'est l'accumulation d'un héritage qui va du Mont-Saint Michel à la Sainte Chapelle. Nous ne sommes pas une page blanche.»

Un discours aux tonalités buissoniennes

Nicolas Sarkozy, qui a tenu à rappeler ses origines de «Français de sang-mêlé» a poursuivi dans un discours aux tonalités buissoniennes, plaidant pour le «culte de la transmission de l'identité», à travers notamment «l'école de la République». «Il n'est pas nécessaire d'avoir son nom sur un monument aux morts pour vibrer au récit de l'identité nationale. Il n'est pas nécessaire d'être baptisé pour aimer Bossuet, Péguy, Bernanos, et Mauriac. Il n'est pas nécessaire d'être gaulliste pour aimer Malraux, ni communiste pour aimer Aragon, c'est ça l'identité nationale», a-t-il martelé. «Aucun idéologue ne peut comprendre ça.»

«Refuser cette civilisation, c'est s'exclure de la communauté nationale. La France, ce n'est pas un self-service. L'assimilation n'est pas une possibilité, c'est une condition à tout séjour de longue durée et à toute naturalisation.»

Fustigeant les «idéologues du multiculturalisme», et «les sociologues des inégalités», il a qualifié d'«erreur monumentale» le fait d'avoir renoncé à l'assimilation. «Tout est à reconstruire», a-t-il affirmé. «Cette fierté d'habiter la France doit retrouver le chemin de l'école. Les manuels scolaires ne sont pas là pour dénigrer la France. Mais pour la faire connaître et aimer. Dans quel pays pourrait-on accepter que l'école enseigne autre chose que la fierté?» «Refuser cette civilisation, c'est s'exclure de la communauté nationale, a-t-il poursuivi. La France, ce n'est pas un self-service. L'assimilation n'est pas une possibilité, c'est une condition à tout séjour de longue durée et à toute naturalisation.»

L'ex-président a plaidé pour «un nouveau pacte d'assimilation». «Je n'ai pas changé. L'addition des différences s'inscrit dans le temps long.» Il s'est mis du côté des «récents Français qui l'aiment sans doute plus que les autres.» . Dans son discours d'une trentaine de minutes, il a évité soigneusement toute référence à la «laïcité».

Plusieurs personnalités issues de la «diversité» étaient conviés à ce colloque, parmi lesquelles l'historien Mohamed Mekada, l'ancien commissaire à la diversité et à l'égalité des chances Yazid Sabeg, ou encore l'imam de Bordeaux Tareq Oubrou. La maire du 7ème arrondissement de Paris, Rachida Dati, avait ouvert la soirée en rappelant que son «élection dans cet arrondissement est l'illustration de ce colloque.». Elle s'est dite personnellement «pas favorable à l'assimilation» «A l'identité heureuse, je préfère l'identité de conviction», a-t-elle affirmé. Parmi les politiques, on trouvait aussi l'entrepreneur Charles Beigbeder, l'adjoint à la mairie de Versailles François Xavier Bellamy, le député Olivier Marleix et le candidat aux primaires Hervé Mariton.

«On vise l'ISF, pas le RSA»

Cette soirée était organisée par le think-tank «France Fière» qui se dit lui «patriote, libéral et laïc». Il a été fondé par Hayette Hamidi et Yassin Lamaoui en juin 2015. «Nous voulons être un espace de réflexion pour proposer des solutions concrètes aux quartiers populaires» tient à rappeler, auFigaro, Hayette Hamidi, actuellement secrétaire nationale des Républicains. Cette jeune femme de 32 ans appartient au mouvement Sens commun issu de la Manif pour Tous. Élue du Blanc-Mesnil en Seine Saint-Denis et avocate de formation, cette native de Drancy, petite fille d'Algériens et fille de Français ambitionne d'attirer l'électorat musulman dans le giron de la droite. «Depuis 30 ans on assiste à un échec de la gauche qui se sentait propriétaire d'un certain électorat de banlieue», diagnostique-t-elle. «Le basculement a eu lieu lors des municipales de 2014. L'électorat des quartiers populaires a découvert qu'il n'était pas de gauche, ni sur le plan sociétal ni sur le plan économique». «L'identité française n'est pas multiculturelle. Il faut transmettre une culture française forte pour une intégration sereine», ajoute celle qui a eu «la chance» d'effectuer sa scolarité dans un établissement catholique qui lui a transmis «l'amour de la France.»
«France Fière» se veut aussi résolument libéral. Comme le résume Yassin Lamaoui, son vice-président: «On vise l'ISF, pas le RSA».

Ce think-tank revendique 300 membres, pour la plupart élus locaux ou entrepreneurs. Il ne choisira pas de poulain pour les primaires ni pour la présidentielle, se contentant de faire des propositions que tout le monde pourra reprendre. Le groupe, soutenu à ses débuts par Alain Juppé, a rencontré aussi Jean-François Copé et aimerait bien rencontrer Emmanuel Macron.

lefigaro.fr

Publié dans France

Commenter cet article