Primaire: Nicolas Sarkozy impatient d'être en campagne

Publié le par La rédaction

Primaire: Nicolas Sarkozy impatient d'être en campagne

Pas officiellement candidat, Nicolas Sarkozy est allé rejoindre ses jeunes militants qui inauguraient samedi un collectif de soutien, «Nous les Jeunes». Il a confié son «impatience» à entrer en campagne.

Tout juste de retour d'un déplacement sur l'Île de la Réunion, Nicolas Sarkozy a fait, samedi, un pas de plus vers l'officialisation de sa candidature à la primaire de la droite. «Je descends tout juste de l'avion. Je suis allé poser les valises à la maison et j'ai dit à Carla que je repartais», a expliqué le patron des Républicains à 200 jeunes militants rassemblés dans le Xe arrondissement de Paris. Ces derniers lancaient officiellement l'inauguration d'un collectif «Nous les jeunes» en faveur d'une candidature de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite. «Quand il m'a confié son intention de venir, j'étais un peu réticent», a expliqué au Scan le sénateur Roger Karoutchi, également présent. «Je lui ai dit “C'est carrément une carte postale avec un timbre que tu vas envoyer ce soir» et il m'a répondu “Il ne manquera plus qu'à l'oblitérer”», raconte l'ancien secrétaire d'Etat.

Devant ses supporters, Nicolas Sarkozy est même allé plus loin: «Vous êtes impatients? Eh bien j'additionne toutes vos impatiences mais ça ne fera que la moitié de la mienne». Ajoutant: «Qu'est-ce que c'est le bonheur dans la vie? C'est la passion. Le bonheur c'est aussi quand tout le monde vous critique mais que vous savez que vous avez raison et que ça va marcher». Interrogé par Le Scan pour savoir si sa venue symbolise sa volonté d'être candidat, Nicolas Sarkozy a désigné ses supporters qui scandaient son nom avant de sourire: «Regardez, regardez!» «On aura besoin de vous», lançait auparavant l'ancien chef de l'Etat à ses soutiens.

«Ça ne sera une partie de plaisir»

Officiellement par hasard, le rassemblement se tenait dans un espace de “coworking” attenant au QG de campagne de Nicolas Sarkozy, en 2007. «C'était une très belle campagne, on va retrouver la même force et la même niaque qu'il y a dix ans», a confié Roger Karoutchi. Le sénateur Pierre Charon, n'a pas manqué de son côté de relever un sondage BVA publié ce jour qui indique une embellie pour le patron des Républicains qui gagne huit points de sympathie chez les sympathisants de la droite et du centre (44%). «Je ne vous dis pas que ça sera une partie de plaisir. Il va falloir une extrême mobilisation», a toutefois prévenu Roger Karoutchi.

Pour relever ce challenge, Nicolas Sarkozy peut compter sur des outils mis en place par ses jeunes supporters. L'un d'eux, Paul Hatte, a développé une application sur smartphone qui permet de cartographier les soutiens de l'ex-président et d'améliorer les arguments à mettre en avant. «Plutôt que d'aller frapper 1 million de portes, on va en faire 500.000 mais elles seront ciblées», explique Anthony Samama. 50 responsables départementaux ont d'ailleurs suivi une formation ce samedi. «Notre but est d'être une force de frappe quand Nicolas Sarkozy se déclarera candidat», relève Geoffrey Carvalhinho, par ailleurs secrétaire général des Jeunes républicains, la formation de jeunesse du parti.

Le rassemblement s'est terminé avant 21 heures dans une importante cohue pendant laquelle certains tentaient d'obtenir un selfie pendant que les riverains prenaient des photos depuis leurs fenêtres.

lefigaro.fr

Publié dans Primaires

Commenter cet article