Nicolas Sarkozy à la rencontre des adhérents

Publié le par La rédaction

Nicolas Sarkozy à la rencontre des adhérents

Comme il l’avait promis lors de sa campagne à la présidence de notre mouvement, fin 2014, Nicolas Sarkozy consacre au moins une journée par semaine à la rencontre des adhérents, militants mais également des Français.

L’occasion pour le président des Républicains d’approfondir, d’expliquer et de débattre des propositions formulées par notre famille lors des différentes conventions thématiques préparant notre projet politique d’alternance.

Ainsi, le 2 mai dernier, en déplacement en Picardie et plus particulièrement à Amiens, l’apprentissage et la chasse ont dominé les échanges entre Nicolas Sarkozy et ses interlocuteurs.

Invité à découvrir le lycée hôtelier Saint-Martin d’Amiens qui forme des apprentis dans la restauration et l’hôtellerie, Nicolas Sarkozy, accompagné d’Alain Gest, député et président de la fédération des Républicains de la Somme, en a profité pour rappeler la vision de notre formation politique sur l’école « fondée sur la liberté, l’initiative, la responsabilité, le goût de l’effort et du savoir, la valeur du travail et du mérite, le respect de l’autorité et de la transmission ». Mais également le but que s’était assigné notre formation : « redonner confiance dans l’école ».

Convaincu que « notre système de formation de nos jeunes doit offrir une meilleure perspective d’insertion professionnelle », Nicolas Sarkozy a souligné devant les nombreux enseignants et lycéens présents la volonté de notre formation politique de mettre en valeur notre système d’apprentissage. « L’apprentissage et l’alternance en entreprise c’est un passeport vers l’emploi », a assuré Nicolas Sarkozy indiquant que lors de la convention dédiée à l’Education, Les Républicains ont proposé de « faire progressivement de l’apprentissage la voie de droit commun pour l’obtention d’un bac professionnel, à l’image de ce que font les centres de formation d’apprentis dans les départements ».

Des propos particulièrement bien accueillis par des lycéens dont certains ont témoigné de leurs parcours et combien ils avaient trouvé leurs voies professionnelles grâce à l’apprentissage.

Dans cette région qui est également une terre de chasse (plus de 60 000 chasseurs sont recensés), le président des Républicains a tenu, dans un premier temps, à réaffirmer le soutien de notre famille politique aux traditions cynégétiques de notre pays et affirmer que les chasseurs étaient des « acteurs reconnus de la protection de la biodiversité et de son évolution ».

Nicolas Sarkozy en a profité pour annoncer l’une des propositions de notre projet : « toute décision liée à la chasse doit se faire sur la base d’expertises scientifiques préalables ». Un changement d’esprit que notre famille politique portera au niveau européen.

Devant les chasseurs, Nicolas Sarkozy a également porté une des propositions fortes de notre convention dédiée à l’Environnement, celle de remplacer le principe de précaution par le principe de responsabilité. « Tout le monde a peur. Plus personne ne veut prendre de risques. Au nom de la précaution, nous ne pouvons pas être le seul pays au monde qui ne peut pas exploiter, chercher, innover », a-t-il déploré.

En déplacement ce lundi à Puteaux en compagnie de la maire Les Républicains Joëlle Ceccaldi-Raynaud, Nicolas Sarkozy voulait évoquer l’une des (nombreuses) politiques mises à mal par François Hollande : la famille. Et plus particulièrement la petite enfance lors d’échanges à la crèche des lutins.

Réduction du quotient familial, coupes dans les allocations familiales, primes de naissance divisées par deux, diminution drastique des aides de la garde d’enfant… La politique familiale de François Hollande offre cette particularité : de constantes attaques chiffrées à 4 milliards d’euros en moins pour les familles.
« Avec sa politique, François Hollande a trouvé le moyen de faire baisser le taux de natalité », a pointé Nicolas Sarkozy présentant quelques une des propositions de notre famille : exonération de 100% des charges pour les emplois familiaux et fin du plafonnement du quotient familial.

Ce jeudi, en déplacement dans l’agglomération lyonnaise, Nicolas Sarkozy, deux jours après la journée de travail consacrée à la Défense, avait choisi de débattre de ce thème à l’occasion d’une table ronde et après avoir visité l’entreprise SORHEA à Vaulx-en-Velin qui, depuis 1987, conçoit, fabrique et commercialise des systèmes électroniques de détection d’intrusion périmétrique destinés à sécuriser les sites sensibles, qu’ils soient publics ou privés.

Accompagné de Philippe Meunier, député de la 13ème circonscription du Rhône, de Philippe Cochet, président de la fédération des Républicains du Rhône, de Michel Forissier, sénateur-maire de Meyzieu, Nicolas Sarkozy a profité de cette table ronde pour souligner la nécessité, devant l’évolution des menaces et le quasi-état d’embolie financière dans lequel se trouvent nos armées, de consentir un effort de défense à la hauteur des ambitions de notre pays

« Nous nous engeons à porter une ambition forte pour notre défense et renouer un pacte de confiance avec nos militaires » a de nouveau souligné Nicolas Sarkozy précisant que notre famille politique portera l’effort budgétaire à 2% du PIB, soit 45 milliards d’euros en 2025 contre 1,5% en 2016, soit 32 milliards d’euros.

A la sortie de cette table ronde, Nicolas Sarkozy a réagi au 49-3 utilisé par le gouvernement socialiste pour faire passer en force le projet de loi Travail. « J’ai été cinq ans président de la République. Je n’ai jamais utilisé le 49-3. Parce que le 49-3, c’est la preuve de la faiblesse d’un gouvernement. Parce qu’il n’arrive pas à convaincre sa majorité, il veut la contraindre. Mais si on n’arrive pas à convaincre ses propres amis, ses propres parlementaires, quelle chance a-t-on de convaincre les Français », s’interroge Nicolas Sarkozy, convaincu que « l’utilisation du 49-3 par François Hollande et Manuel Valls, c’est le prix de la succession ininterrompue des mensonges de 2012 ».

Après une rencontre avec les élus Les Républicains du Rhône à Décines, Nicolas Sarkozy, qui en début de journée a rencontré Laurent Wauquiez à la présidence de la région Auvergne-Rhône-Alpes à la Confluence à Lyon, a ensuite participé à la fête de la 13eme circonscription du Rhône à Jonage.

Le prochain rendez-vous de notre famille politique est fixé à mercredi prochain, 18 mai, où une journée de travail de notre projet politique d’alternance sera consacrée à l’Europe, dès 8h30.

republicains.fr

Publié dans LesRépublicains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article