A Fessenheim, Nicolas Sarkozy répète qu'il est contre la fermeture de la centrale nucléaire

Publié le par La rédaction

A Fessenheim, Nicolas Sarkozy répète qu'il est contre la fermeture de la centrale nucléaire

En campagne pour les primaires à droite, Nicolas Sarkozy est venu à Fessenheim ce lundi pour répéter son engagement. S'il est élu, l'ancien président de la République ne fermera pas la centrale nucléaire alsacienne.

"Je suis venu pour manifester mon soutien à toute la filière nucléaire française", a expliqué ce lundi après-midi à Fessenheim, Nicolas Sarkozy. Le président Les Républicains, en campagne pour la primaire à droite a passé deux bonnes heures à rencontrer les salariés et les représentants syndicaux de la plus vieille centrale de France.

"Monsieur Hollande veut fermer Fessenheim pour des raisons politiques, c'est profondément inadmissible"

Comme depuis qu'il a repris la tête du parti LR, l'ancien président de la République a rappelé son hostilité à la fermeture de la centrale nucléaire alsacienne. "La France bénéficie d'une avance technologique formidable grâce au nucléaire. La centrale de Fessenheim a eu l’autorisation de l'autorité de sûreté nucléaire de rester ouverte. Monsieur Hollande veut fermer Fessenheim pour des raisons politiques, c'est profondément inadmissible. Fessenheim, c'est 350 millions d'euros par an de bénéfice pour EDF. Utilisons cet argent pour financer des énergies renouvelables".

Nicolas Sarkozy a rappelé son soutien aux 2.000 salariés du site. "Pourquoi fermer Fessenheim ? Pour faire plaisir à un mouvement d'écologie politique qui explose. Les ouvriers, les ingénieurs, les salariés du nucléaire méritent mieux. Tous me l'ont dit".

François Hollande a annoncé la fermeture de la centrale de Fessenheim en 2018, quand l'EPR de Flamanville ouvrira.

francebleu.fr

Publié dans France

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article