Nicolas Sarkozy dénonce l’« emprise idéologique » de la gauche dans l’éducation

Publié le par Nelly

Nicolas Sarkozy dénonce l’« emprise idéologique » de la gauche dans l’éducation

Nicolas Sarkozy dénonce l’« emprise idéologique » de la gauche dans l’éducation

LAURENT DE BOISSIEU, le 06/04/2016 à 16h56

  • L’ancien président de la République réitère son refus du voile à l’université et avance ses propositions sur l’éducation, qu’il s’agisse de l’aide aux jeunes en difficulté ou de la réappropriation de l’élaboration des programmes par le ministère.

Des élèves de 6ème lèvent la main pour appeler leur professeur lors d'un cours d'histoire et géographie au collège de la Chataigneraie, le 20 Juin 2011 à Autun. / JEFF PACHOUD/AFP

Les Républicains organisaient, mercredi 6 avril, une journée de travail sur l’éducation. Nicolas Sarkozy, président du parti et probable candidat à la primaire présidentielle de la droite, en a profité, ainsi qu’à travers une tribune dans Le Figaro, pour avancer ses propres idées sur le sujet.

Pas de voile à l’université

Contre les « pédagogues », l’ancien président de la République défend une école où le rôle des professeurs n’est pas d’être des « animateurs » ou des « éducateurs » qui devraient « se substituer aux familles », mais d’incarner une « autorité », de dispenser « des savoirs » et de transmettre « l’héritage historique, littéraire et artistique de notre pays ».

« L’école des Républicains, c’est l’école de la République et rien d’autre, où la laïcité s’applique jusque sur les bancs de l’université publique », insiste-t-il par ailleurs en rappelant implicitement son opposition au port du voile à l’université.

Cette proposition l’oppose au sein de sa famille politique à Alain Juppé, qui avait justement consacré son premier livre programmatique à l’éducation.

> À lire : Les propositions d’Alain Juppé pour réformer l’école

Aider les jeunes en difficulté

Surtout, Nicolas Sarkozy avance plusieurs dispositifs en direction des élèves en difficulté. Dès le cours préparatoire, un « CP plus », c’est-à-dire « une aide surveillée et un accompagnement renforcé », serait créé afin de « tout faire pour éviter que les élèves qui ne maîtrisent pas la lecture ne passent d’une classe à l’autre ».

Au nom de l’égalité des chances, il estime de surcroît qu’« au primaire, les enfants devront quitter l’école en ayant fait leurs devoirs ».

L’ancien président de la République souhaite en outre, « dès 2017 » si Les Républicains l’emportent, « l’extension du service militaire adapté (déjà mis en œuvre outre-mer) » à tous les jeunes « décrocheurs » qui « sortent du système sans qualification ».

Selon le ministère de l’éducation nationale, « le nombre de jeunes Français qui quittaient le système de formation initiale sans avoir obtenu un diplôme professionnel ou le baccalauréat était estimé à 136 000 par an » en 2012.

> À lire : Une « Web académie » pour les jeunes décrocheurs

Réappropriation des programmes par le ministère

« Les programmes doivent être élaborés par l’inspection générale, dont c’est la mission, sous l’autorité du ministère, mais il faut peut-être en confier l’approbation finale à l’Institut de France et donc aux académies », propose enfin Nicolas Sarkozy.

Jusqu’en 1989, la conception des programmes appartenait uniquement à l’inspection générale de l’éducation nationale, c’est-à-dire au corps du ministère. Depuis, ils relèvent de groupes d’experts auprès d’un organisme ad hoc, actuellement le Conseil supérieur des programmes.

Ce sujet est bien entendu l’occasion pour le probable candidat à la primaire de tirer à boulets rouges sur la gauche, dont la politique éducative est selon lui « sans cap, sans politique et sans vision », si ce n’est une « emprise idéologique » : « L’école que chacun rêve de voir sanctuarisée a été transformée imperceptiblement en un lieu d’expérimentation sociale dont les parents et les enfants sont en réalité les cobayes ».http://www.la-croix.com/France/Politique/Nicolas-Sarkozy-denonce-emprise-ideologique-gauche-dans-education-2016-04-06-1200751583

Commenter cet article