Nicolas Sarkozy veut un tiers de parlementaires en moins

Publié le par Nelly

Nicolas Sarkozy veut un tiers de parlementaires en moins

Nicolas Sarkozy veut un tiers de parlementaires en moins

LE SCAN POLITIQUE - Dans un tchat sur Facebook, le président des Républicains a trouvé qu'il y avait «trop» de parlementaires en France.

Nicolas Sarkozy est de plus en plus convaincu de la nécessité de réduire le nombre de parlementaires en France. Dans un tchat mercredi avec ses «amis» Facebook, il a estimé qu'il y avait «trop» de parlementaires en France. «Si on additionne députés, sénateurs, parlementaires européens nous avons près de 1000 parlementaires en France», a constaté le président des Républicains. Celui-ci «souhaite que soit réduit de 30% le nombre de parlementaires».

Ce n'est pas la première fois que l'ancien chef de l'Etat prône cette réduction des effectifs, mais l'ampleur change. En 2014, sans préciser le ratio, il expliquait à France 2 qu'une «Assemblée pléthorique est en fait une Assemblée inaudible». Ajoutant: «Dans mon esprit sur un tel sujet c'est aux Français de décider parce que je leur fais plus confiance pour réformer la classe politique qu'à qui que ce soit d'autres».

En 2012, lors de la dernière campagne présidentielle, il disait déjà vouloir «engager sans tarder avec toutes les formations politiques un dialogue consensuel et républicain pour arriver à réduire le nombre de parlementaires». Il avait ensuite évoqué une baisse de «10 à 15% des parlementaires du Sénat et de l'Assemblée nationale». Quatre ans plus tard, il parle d'une réduction plus drastique d'un tiers tout en incluant dans le total, les 74 eurodéputés français.

Chez les Républicains, ils sont nombreux à avancer la même proposition. Alain Juppé dit vouloir diviser par deux le nombre de parlementaires. Bruno Le Maire veut 400 députés contre 577 aujourd'hui et 2 sénateurs par département. François Fillon veut un référendum sur la question sans préciser le nombre de sièges à supprimer.

Si l'ancien président de la République aborde de nouveau cette hypothèse mercredi, il le fait tout en rappelant son opposition à la loi interdisant le cumul des mandats et veut que soit offert «à chaque (élu) la possibilité d'avoir deux mandats et pas un de plus». Il pourrait alors s'agir d'un mandat de maire et de député, contrairement à ce que prévoit le texte voté en 2014 qui s'appliquera en 2017.

Des questions sans réponse

Esquive ou manque de temps? Certaines questions pertinentes posées par les internautes sur Facebook sont restées sans réponse. «Peut-on espérer un peu de cohésion et un esprit d'unité pour les primaires?», demande un utilisateur. «En France, actuellement, il y a un grand rejet de la classe politique en général, tous partis confondus, constate un partisan de Nicolas Sarkozy. Que proposez-vous afin de renouer une relation de confiance?» Les questions politiques fusent: «Si demain vous étiez encore président, auriez-vous le courage de prendre des décisions impopulaires, et ce dès le début de votre mandat, en ça sachant que cela vous rendrait définitivement impopulaire?» «Pourquoi très souvent les promesses de la campagne présidentielle sont peu respectées?»

Beaucoup d'internautes s'inquiètent de la dégradation du modèle français. Parmi les questions, l'ancien président est fréquemment interrogé sur «sa vision pour un enseignement moderne et efficace», sur la baisse des APL liée par un internaute au «pouvoir d'achat des étudiants et de leurs parents des classes moyennes et populaires, sur la ruralité, ou encore sur les difficultés rencontrées par les retraités…

De nombreux entrepreneurs manifestent également leurs mécontentements, parfois sur des questions très techniques. Ceux-là réclament notamment des baisses de charge. Les questions de société et de sécurité occupent enfin une large part des interrogations. Parmi elles, la question des moyens des forces de l'ordre est récurrente, notamment à propos de l'armement des polices municipales.

http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2016/03/16/25002-20160316ARTFIG00346-nicolas-sarkozy-veut-un-tiers-de-parlementaires-en-moins.php

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article