Fin de la guerre d'Algérie. Sarkozy dénonce le choix du 19 mars par Hollande

Publié le par Nelly

Fin de la guerre d'Algérie. Sarkozy dénonce le choix du 19 mars par Hollande

Fin de la guerre d'Algérie. Sarkozy dénonce le choix du 19 mars par Hollande

Nicolas Sarkozy fustige la décision de François Hollande de commémorer la fin de la Guerre d'Algérie le 19 mars, réveillant la polémique sur le sort des harkis.


Dans une tribune publiée jeudi dans le Figaro, l'ancien chef de l'État s'en prend à François Hollande qui a décidé de commémorer la fin de la Guerre d'Algérie demain samedi 19 mars. « Le président de la République et sa majorité ont choisi délibérément le 19 mars, date du cessez-le-feu qui suivit la signature des accords d'Évian pour commémorer la fin de la guerre d'Algérie. Pour qu'une commémoration soit commune, il faut que la date célébrée soit acceptée par tous. Or, chacun sait qu'il n'en est rien, le 19 mars reste au cœur d'un débat douloureux », écrit l'ancien chef de l'État.

Mitterrand refusa cette date
« Choisir la date du 19 mars, que certains continuent à considérer comme une défaite militaire de la France, c'est en quelque sorte adopter le point de vue des uns contre les autres, c'est considérer qu'il y a désormais un bon et un mauvais côté de l'Histoire et que la France était du mauvais côté », explique-t-il.

inRead invented by Teads
»« Le président François Mitterrand, lui-même, refusa catégoriquement de reconnaître cette date pour commémorer la fin de la guerre d'Algérie », argumente-t-il aussi. « Il faut dire qu'il avait été un acteur de l'époque, en prise avec ces événements. Il savait que le conflit n'avait pas cessé au lendemain des accords d'Évian et que la tragédie au contraire s'était poursuivie pendant des mois », poursuit-il.

La date choisie par Chirac est le 5 décembre
« Le président Jacques Chirac avait choisi une date, celle du 5 décembre, pour rendre hommage à tous les morts pour la France de ce conflit. J'ai toujours respecté ce choix, un choix de cohésion et d'unité nationale, car il n'opposait pas deux passés », écrit-il encore.

Il conclut sa tribune ainsi : « La guerre d'Algérie a été un événement dramatique, des hommes et des femmes portent encore dans leur souvenir comme dans leur chair la trace de cette Histoire vivante, ne déclenchons pas une guerre des mémoires ».

Le 19 mars est la « Journée nationale du Souvenir Algérie-Maroc-Tunisie ». François Hollande se rendra samedi au Quai Branly pour la célébrer pour la première fois, ce qui a suscité des critiques, notamment d'associations de harkis.http://www.ouest-france.fr/europe/france/fin-de-la-guerre-dalgerie-sarkozy-denonce-le-choix-du-19-mars-par-hollande-4104547

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Le pédagogue 18/03/2016 10:32

Le pédagogue :

La France colonialiste a connu quelques années d’occupation par l’Allemagne nazie pendant la deuxième guerre dite mondiale.
Une énorme importance continue d’être accordée à cette période au nom de ce qui est appelé « le devoir de mémoire », entretenu par un flot constant de publications, de films, d’images, de conférences, de discours, de cérémonies, de célébrations, de commémorations, d’hommages, de décorations et autres.
Mais lorsqu’il est question des colonies et des horreurs du colonialisme pendant des dizaines et des dizaines d’années, la France qui poursuit les horreurs du système colonialo-impérialo-sioniste, cherche avec orgueil, arrogance, mépris, et en utilisant ses employés à « la tête des États » installés dans ces colonies, à étouffer tout rappel et exige de « tourner la page » et même d’être reconnaissants pour l’apport « civilisationnel » du colonialo-impérialo-sionisme « qui continue de veiller sur les valeurs de l’humanité » !