Antoine Rufenacht : « Pourquoi je soutiens Nicolas Sarkozy »

Publié le par La rédaction

Antoine Rufenacht et Nicolas Sarkozy au Havre en 2008

Antoine Rufenacht et Nicolas Sarkozy au Havre en 2008

Soutien affiché de Nicolas Sarkozy, l’ancien maire du Havre est apparu récemment au Havre dans une réunion de soutien à Alain Juppé organisée par son successeur Édouard Philippe, le porte-parole de l’ancien Premier ministre. « Quelques amis se sont étonnés de ma présence à la réunion organisée par Édouard Philippe et Hervé Gaymard pour soutenir la candidature d’Alain Juppé à la primaire du mois de novembre. Et pourtant, quoi de plus naturel, souligne Antoine Rufenacht. D’abord Édouard et Hervé sont des amis, Alain Juppé aussi naturellement. Surtout je suis président du Comité des Républicains en Seine-Maritime et, en cette qualité, j’assisterai à toutes les réunions organisées dans le cadre des primaires, si je suis invité... Bien entendu, ajoute l’ancien directeur de campagne de Jacques Chirac (2002), cela ne m’empêche pas d’exprimer une préférence pour Nicolas Sarkozy si celui-ci se porte candidat ».

Pourquoi Antoine Rufenacht a-t-il choisi de soutenir Nicolas Sarkozy ?

«Pour au moins trois raisons, dit-il. Par son expérience, par son énergie dans les moments difficiles, par son autorité reconnue au niveau international, Nicolas Sarkozy me semble la personnalité politique la mieux armée pour faire face aux graves turbulences auxquelles la France va être confrontée dans les prochaines années. Dans le dénouement de la crise financière de 2008, son rôle, quand il présidait le Conseil Européen, a été décisif. Et, hélas, de nouvelles crises se profilent. Deuxième raison : Nicolas Sarkozy ne recule devant aucune difficulté. Il va au charbon même quand ce n’est pas une partie de plaisir. Et il s’en tire plutôt bien. La remise en ordre de marche de notre famille politique en est une nouvelle démonstration. Troisième raison, ajoute Antoine Rufenacht, ancien élu dans l’agglomération havraise, je lui suis reconnaissant d’avoir sauvé l’usine Renault de Sandouville et les centaines d’emplois correspondants par la pression extrême – j’en ai été témoin - qu’il a exercée sur le président Ghosn et d’avoir tiré d’affaires – j’en étais aussi témoin – la CMA-CGM à un moment où notre grand armement était confronté à des problèmes de trésorerie très préoccupants. Enfin, comment ne pas le remercier d’avoir conçu et lancé ce que l’on appelle aujourd’hui le dossier Axe Seine. Un dossier que chacun reconnaît comme un dossier d’intérêt national... sans pourtant y mettre l’investissement que j’ai connu naguère».

paris-normandie.fr

Publié dans Témoignages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article