« J’APPELLE NICOLAS SARKOZY À SE PRÉSENTER À LA PRIMAIRE »

Publié le par La rédaction

« J’APPELLE NICOLAS SARKOZY À SE PRÉSENTER À LA PRIMAIRE »

Conseiller municipal délégué à la vie étudiante et à la jeunesse à Toulouse, Maxime Boyer est également le responsable du comité local de soutien à Nicolas Sarkozy en vue des primaires. Fidèle à l’ancien président, il va impulser sa campagne en Haute-Garonne.

Propos recueillis par Coralie Bombail

Depuis 2012, vous êtes engagé au côté de Nicolas Sarkozy, d’abord pour la présidence du parti et aujourd’hui pour les primaires. Pourquoi ce choix ?

C’est le seul candidat qui peut remporter la présidentielle, face à François Hollande s’il est candidat, et qui peut faire rempart au Front national. Aujourd’hui, on est plus dans un duel, mais dans un triptyque. C’est le leader naturel pour partir à cette élection, de par son expérience de président et son analyse de la situation. Il a également récupéré le parti en 2012.

Depuis son retour à la tête du parti, son leadership est pourtant contesté…

Je crois que c’est tout le contraire ! Il est revenu dans un manoir qui était en train de s’écrouler. Le parti sortait d’une guerre atroce, certains pensaient que nous allions éclater. Nicolas Sarkozy a su rétablir la situation, il a réussi à rassembler notre famille politique. Certes, tout le monde ne s’aime pas, mais on n’est pas là pour s’aimer. Celui qui est légitime est celui qui rassemble.

Au niveau local, à quel moment va débuter la campagne, sachant que Nicolas Sarkozy n’est pas encore officiellement candidat ?

Je suis le représentant du comité de soutien au soutien à la candidature Nicolas Sarkozy. Je l’appelle à être candidat. Peut-être qu’il ne le sera pas, mais moi je l’incite à se présenter. Je vais commencer un travail de terrain pour réunir des soutiens. Beaucoup de militants veulent s’engager. Mais pour l’instant, nous sommes encore dans le temps de l’organisation des primaires autour de Laurence Arribagé (président des LR 31) qui fait un travail remarquable et qui veille aux équilibres entre les candidats.

Laurence Arribagé, qui crée le comité de soutien à Nicolas Sarkozy avec vous pour la présidence du parti, soutiendrait Jean-François Copé pour la primaire. Une rumeur ?

C’est un bruit de couloir ! Laurence Arribagé souhaite garder une certaine neutralité en tant que responsable des primaires en Haute-Garonne. Elle aura certainement une affinité pour un candidat, mais elle n’a rien annoncé pour l’instant.

En tant qu’élu en charge de la vie étudiante et de la jeunesse, quel le point phare de votre bilan ?

Un des points importants a été la relance des instances de délibérations que sont le conseil des jeunes et le conseil de la vie étudiante. Cela permet de favoriser la démocratie locale et de faire émerger des propositions. Par exemple, le conseil des jeunes a travaillé sur l’organisation de l’Euro 2016 et certaines de leurs idées seront retenues. Le conseil de la vie étudiante étudie actuellement sur l’accueil des nouveaux étudiants qui arrivent à Toulouse. Ils deviennent des acteurs du territoire.

En ce qui concerne les aides aux étudiants, quelles sont les nouveautés ?

Nous nous sommes engagés, via Toulouse métropole et en partenariat avec le Crous, à rénover les logements étudiants et à en construire de nouveaux de sorte que l’offre rencontre la demande, ce qui fera obligatoirement baisser les prix. Nous avons également inauguré à notre arrivée, le dispositif de colocation solidaire mis en place au Mirail. Ce projet date de l’ancienne mandature, mais le plus dur n’est pas de lancer les projets, il faut pouvoir les pérenniser. Au niveau culturel, la carte musée libre est un succès et l’ouverture des bibliothèques gratuitement le week-end s’est révélée très utile, notamment en période de partielles. Ensuite, il y a une volonté d’améliorer la mobilité et la sécurité des jeunes avec l’ouverture du métro jusqu’à 3 heures du matin.

En revanche, le tarif jeune de Tisséo à 10€ par mois pourrait être remis en question. Où en est la municipalité sur le sujet ?

C’est mon collègue Jean-Michel Lattes qui est en charge du dossier. Il réfléchit à mettre en place la tarification la plus juste possible. La décision n’est pas encore actée. Les aides aux étudiants ne se résument pas au soutien financier. Il y a d’autres types d’action, comme par exemple, la prévention des risques liés à l’alcool, aux addictions, à la sexualité… Des personnes actives effectuent des maraudes dans les quartiers de Saint-Pierre et de Gabriel Péry sur des jours spécifiques pour prévenir ces dangers. L’objectif est de prendre en compte la problématique de l’étudiant dans sa globalité et de permettre une insertion dans le monde professionnel.

Le Conseil d’État vient de déclarer la sélection en Master illégale. Qu’en pensez-vous ?

Je pense qu’il faut de la sélection à ce niveau d’étude, car le master 2 doit privilégier la qualité de l’enseignement. C’est une année de spécialisation, où les étudiants ne sont plus amphithéâtre, mais dans des classes restreintes. Cela permet un apprentissage plus individualisé. La sélection permet également de mesurer la motivation des étudiants et de ne pas s’engager dans une voie où il y a peu de débouchés. En effet, certains masters sont très demandés, mais il n’y a pas forcément d’emplois pour tout le monde au final. Le problème est que l’on constate bien souvent une méconnaissance du métier. Le fait de sélectionner peut permettre à certains étudiants de se réorienter vers une filière plus opportune.

lejournaltoulousain.fr

Publié dans Primaires, LesRépublicains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article