DPDA : personne n'a le courage de débattre avec Nicolas Sarkozy

Publié le par La rédaction

Image d'archive

Image d'archive

Un à un, les invités sollicités se sont désistés. Mot d'ordre dicté par l'Élysée ou peur d'affronter l'ancien président en direct à la télévision ?

Alors que le direct est prévu dans quelques petites heures, Des paroles et des actespeinait à trouver qui va débattre avec Nicolas Sarkozy. Après Emmanuel Macron,Marisol Touraine et Jean-Marie Le Guen, le fauteuil qui fait face à celui du président des Républicains restera finalement vide. Le secrétaire d'État aux Relations avec le Parlement, le dernier pressenti pour participer à l'émission de David Pujadas, vient d'annoncer son désistement.

Le Point a contacté France 2, qui confirme l'annulation de Jean-Marie le Guen : selon Le Parisien, pas moins de cinq ministres avaient décliné l'offre avant lui. Ce soir, seul un panel de français fera donc face au président des Républicains. Au quotidien, un sarkozyste justifiait ces désistements en série : "Personne n'a envie d'y aller, c'est comme affronter Mike Tyson". Dommage pour Nicolas Dupont-Aignan, qui rêvait d'affronter en direct l'ancien président.

Du côté de la gauche, l'invitation ne semblait vraiment pas déchaîner les passions. Une interdiction de participer dictée directement par le chef de l'État ? Au moment où celui-ci appelle à une "union nationale" contre le terrorisme, la crise et les enjeux de demain, ce mot d'ordre, s'il est confirmé, ne manquera pas de susciter la polémique...

Parmi les personnalités qui avaient été sollicitées et ayant décliné l'invitation, on compterait également Robert Badinter et Jean-Marc Ayrault. À quelques heures du début de l'émission, chacun minimise ces étonnantes défections en affirmant que l'essentiel de l'émission sera consacré au panel de Français qui interrogeront directement l'ancien président.

lepoint.fr

Publié dans Médias

Commenter cet article