DPDA : Nicolas Sarkozy le retour de l'animal politique

Publié le par La rédaction

DPDA : Nicolas Sarkozy le retour de l'animal politique

Dans DPDA, Nicolas Sarkozy a montré qu'il est encore un formidable animal politique.

Le Sarkozy qui est apparu jeudi 4 février devant les caméras de France 2 a montré qu'il était touché, peut-être, mais pas coulé. Alain Juppé le devance largement dans les sondages, y compris dans son propre camp. D'autres, parmi ses amis politiques, jugent son temps écoulé, n'éprouvent plus vis-à-vis de lui une crainte respectueuse, comme pendant son quinquennat, mais marquent à toute allure leurs distances. Et pourtant, Nicolas Sarkozy est toujours là, et bien là. Peut-être le fait qu'il soit apparu, hier, au moins dans les premières minutes de l'émission Des paroles et des actes, comme un homme malmené par la vie politique l'a-t-il servi : plus vulnérable, il a semblé plus proche de ceux auxquels il s'adressait. Moins pugnace, il a gagné en sympathie. Plus attaqué par les six représentants des Français présents sur le plateau, dont le moins qu'on puisse dire est qu'aucun n'était un de ses ardents supporteurs, il a manifesté un calme dont on ne l'aurait pas cru capable et une attention, non dénuée d'humour, aux questions et aux propos des interlocuteurs rangés en rang d'oignons devant lui, sans le moindre sourire, sans la moindre empathie.

Deux paris gagnés

Bref, Sarkozy vient de gagner coup sur coup deux paris. Le premier était son livre devenu en quelques jours à peine un best-seller. La concurrence, pourtant, sur ce terrain était forte : Faire, le livre de François Fillon, Pour un État fort, le manifeste d'Alain Juppé, avaient précédé son La France pour la vie. Au box-office, c'est lui qui l'a emporté, sans doute parce qu'il a donné plus de place, dans son ouvrage, aux regrets qu'à la défense de son propre bilan, à ses échecs qu'à ses succès. Deuxième réussite, enfin, cette émission qui démontre, au-delà des imprécisions de chiffres (qui n'ont d'ailleurs pas d'importance car les Français ont compris depuis longtemps qu'on pouvait leur faire dire n'importe quoi) ou de raccourcis trop rapides, que l'animal politique est toujours là. Avec cette qualité intacte : l'énergie. Les rides autour des yeux se sont accentuées, les cheveux sont maintenant poivre et sel ; certains téléspectateurs l'ont trouvé fatigué. Aucun n'a mis en cause son dynamisme ou son énergie. Qu'il ait encore un pouvoir de conviction, tous les sondages comparatifs entre le début et la fin de l'émission en sont la preuve : sur toutes les questions posées – A-t-il su tirer des leçons de son expérience ? Est-il capable de se réformer ? Se préoccupe-t-il des Français ? Quelles chances à la présidentielle de 2017 ? – l'ex-président de la République fait mieux que tirer son épingle du jeu, il gagne des points, essentiellement parmi Les Républicains (pas négligeable parce que, au bout du compte, ce sont eux qui vont voter à la primaire de novembre), mais aussi parmi l'ensemble des Français.

MICHÈLE COTTA

lepoint.fr

Publié dans Sarkozy, Médias

Commenter cet article