Agriculteurs en colère : Sarkozy pas tendre à l'égard du gouvernement

Publié le par La rédaction

Agriculteurs en colère : Sarkozy pas tendre à l'égard du gouvernement

Nicolas Sarkozy a pris la défense mercredi d'une agriculture "variable d'ajustement de la politique écologique du gouvernement" et critiqué au passage le paquet neutre de cigarettes, bête noire des buralistes.

Alors que les exploitants protestent contre les prix bas de leurs produits, les Républicains consacraient mercredi une matinée de travail au sujet dans le cadre de l'élaboration de leur projet. Lors de son discours de clôture, Nicolas Sarkozy n'a pas été tendre à l'égard du gouvernement et des écologistes, bêtes noires des paysans, et a fustigé au passage le... paquet de cigarettes neutre, combattu par les buralistes.

"L'agriculture est devenue une variable d'ajustement de la politique écologique du gouvernement", a accusé d'entrée le président des Républicains. "L'agriculture n'est que la variable d'ajustement d'accords politiciens avec une écologie politicienne au service des intérêts politiciens d'un président de la République politicien", a-t-il asséné.

Il moque les "fonctionnaires européens" qui "s'occupent de la courbe des concombres"

Nicolas Sarkozy a dénoncé "l'invraisemblable embargo russe" -"les agriculteurs français paient les errements de la politique étrangère de la France"- et plaidé pour "le passage d'un principe de précaution à un principe de responsabilité". Il s'est moqué de "l'expression bizarre d'agro-écologie", "faux nez d'une véritable obsession de la destruction de notre puissance agricole, qui serait remplacée par la possibilité donnée aux bobos d'aller faire leurs courses à la ferme. On pourrait toucher le béret et on aurait le droit pour chaque produit acheté de faire une photo!", a-t-il ironisé.

Nicolas Sarkozy a par ailleurs défendu un "moratoire général sur la sur-transposition des règles européennes", moquant au passage les "fonctionnaires européens" qui "s'occupent de la courbe des concombres", et a promis, en cas d'alternance, un processus de "déconstruction de normes nationales obsolètes et inefficaces".

Face à la crise agricole actuelle, il a plaidé pour "un mouvement massif de baisse des charges pesant sur les emplois" et proposé un système de "lissage fiscal des pertes et des bénéfices des exploitations sur cinq années".

Un "plan Marshall" de 10 milliards d'euros

Nicolas Sarkozy a aussi proposé un "plan Marshall" de 10 milliards d'euros pour le monde rural. "Nos campagne ne veulent pas mourir et nous ne voulons pas qu'elles meurent".

Au passage, l'ancien président a fait un appel du pied appuyé aux buralistes, en critiquant le paquet de cigarettes neutres. "Si nous acceptions le paquet de cigarettes neutre, dans 6 mois on vous proposera la bouteille de vin neutre", a-t-il affirmé. "Et ça en sera fini de nos appellations et de nos terroirs (...) puis on aura aussi le fromage neutre! On a déjà eu le président normal... (...) C'est la bataille de nos terroirs. Si nous cédons là nous céderons sur tout", a-t-il avancé.

Nicolas Sarkozy n'oublie pas un autre relais puissant dans le monde rural: les chasseurs. "Trois millions d'électeurs chassent", a rappelé Pierre Charon, en charge du sujet au sein du parti. "Il fallait réagir car au dessus du monde de la chasse, des drones de Marine Le Pen arrivaient...". Pour "réagir", le parti à offert 60 sièges de conseillers régionaux aux chasseurs. "Il y a une association de chasse dans chaque village. C'est un maillage extraordinaire", a souligné Pierre Charon.

Christine Ollivier - leJDD.fr

Publié dans France

Commenter cet article