Sarkozy : un homme déterminé à ne pas se laisser voler l’expression de son authenticité

Publié le par La rédaction

Sarkozy : un homme déterminé à ne pas se laisser voler l’expression de son authenticité

Beaucoup, à droite, plaidaient pour qu’il fasse l’inventaire de son quinquennat. Certains lui demandaient même quelque chose qui ressemble à un « mea-culpa ». Le livre que Nicolas Sarkozy publiera lundi est bien davantage que cela : il montre un homme déterminé à ne pas se laisser voler l’expression de son authenticité.

Bien sûr, les mêmes qui exigeaient de lui un bilan ne manqueront pas de déplacer le débat. Peu importe le contenu de l’ouvrage, la seule question qui vaille à leurs yeux devenant : pourquoi sortir cet ouvrage maintenant ? Le procès en opportunisme risque d’aller bon train. Puisque sa cote baisse dans les sondages, n’est-ce pas le moment pour lui de réagir, à dix mois de la primaire de la droite et du centre ?

Certes, mais le calcul n’empêche ni la lucidité ni la sincérité. Dans "La France pour la vie", Nicolas Sarkozy ne prétend pas avoir changé. S’il donne des leçons, c’est d’abord à lui-même qu’il les adresse. Quand il relève des incohérences ou des contradictions, ce sont avant tout les siennes qu’il pointe. Lorsqu’il s’explique, ce n’est pas pour se justifier, mais pour dire sa vérité. Il reconnaît des fautes de comportement (« Casse-toi, pauvre con… ») ; des maladresses (lire "La Princesse de Clèves" ne sert à rien…) ; des erreurs politiques (sur les 35 heures, l’ISF, le RSA…). Il revendique aussi ses succès. L’objectif premier est que justice lui soit enfin rendue. Équitablement...

L’avenir tel qu’il le dessine s’inspirerait des enseignements de ce passé, tels qu’il les a retenus. Il affirme avoir appris, estime avoir compris, mais ne fait pas de compromis : « Je ne crois pas au rassemblement autour d’idées molles. » Est-ce être clivant que de dire ce que l’on pense ? Nicolas Sarkozy, dont on répète qu’il est son principal ennemi, ne cherche pas à devenir l’ami de lui-même. Il reste ce qu’il est : de droite, original, avec ses convictions.

Exercice inédit pour un ancien chef de l’État, ce livre était nécessaire pour envisager un retour. Sera-t-il suffisant ? Une chose est sûre : rien n’est joué.

Yves Thréard

Publié dans Sarkozy

Commenter cet article