Quand Nicolas Sarkozy payait les frais d'avocat… d'Alain Juppé

Publié le par La rédaction

Quand Nicolas Sarkozy payait les frais d'avocat… d'Alain Juppé

La France pour la vie est aussi un livre à lire dans les coins, avec ses messages codés et ses avertissements discrets. Ainsi, Nicolas Sarkozy revient sur l'affaire dite des "emplois fictifs" qui avait valu à Alain Juppé une condamnation, en décembre 2004, à quatorze mois d'emprisonnement avec sursis et un an d'inéligibilité.

L'ancien président rappelle, ce que l'on savait déjà, que lorsqu'il était président de l'UMP, il avait "assumé les conséquences financières auprès de la Ville de Paris" : "Nous avons dédommagé la mairie de Paris, alors partie civile, pour pas loin de 1,5 million d'euros", écrit Nicolas Sarkozy, expliquant ce geste par "affection et respect" à l'endroit de Jacques Chirac. On ignorait totalement en revanche que Nicolas Sarkozy avait aussi "répondu favorablement à la demande d'Alain Juppé de régler ses frais d'avocat".

Ainsi, en 2004, l'UMP aurait payé les honoraires de Mes Francis Szpiner et des bâtonniers Jean-René Farthouat et Georges Tonnet. "Je ne dis pas cela pour révéler un secret, écrit l'ex-président, ni pour me donner le beau rôle, mais tout simplement pour que l'on comprenne que mon état d'esprit ne m'a jamais porté à la revanche ou au règlement de comptes." Évoquant Jacques Chirac, Alain Juppé, et leurs ennuis judiciaires, il conclut : "Il m'a semblé naturel d'être à leurs côtés lorsqu'ils ont été en difficulté." Pour le camp Juppé, à l'heure de l'affaire Bygmalion, le message est on ne peut plus clair.

Laurent Valdiguié

Lejdd.fr

Publié dans Sarkozy, LesRépublicains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article