Nous n'avons pas combattu les nazis pour forcer les Juifs à fuir

Publié le par La rédaction

Nous n'avons pas combattu les nazis pour forcer les Juifs à fuir

Alors qu'il recevait un prix attribué par la conférence des rabbins d'Europe, l'ex-président a fortement rappelé son soutien à la communauté juive.

"Nous ne voulons pas que les Juifs de France quittent la France parce qu'ils ont peur. Nous voulons qu'ils puissent se sentir libres de porter une kippa, a déclaré dimanche soir, à Londres, Nicolas Sarkozy devant les leaders de la communauté juive orthodoxe européenne. Nous devons veiller à protéger nos communautés juives. Il est impossible de ne pas le faire. Nous n'avons pas chassé les nazis pour forcer les juifs à fuir vers Israël 70 ans plus tard.” Des propos tenus deux jours avant l'appel du président du consistoire de Marseille, Zvi Ammar, qui a préconisé l'abandon du port de la kippa dans les rues de sa ville "jusqu'à des jours meilleurs".

L'ancien président de la République s'exprimait alors qu'il recevait un prix dans le cadre d'un dîner de la Conférence des rabbins d'Europe (CER), pour son rôle dans la protection de la communauté juive en France, sous sa présidence et en tant que ministre de l'Intérieur. Il y a fermement pris la défense de la communauté juive, en écho des propos de Manuel Valls, un an après la tuerie de l'Hypercacher. "La France ne serait pas la France sans les Juifs", avait alors déclaré le Premier ministre, estimant intolérable "de voir des Juifs français quitter leur pays, en nombre de plus en plus important, car ils ne se sentent plus en sécurité". Selon le ministère israélien de l'Immigration, plus de 7 000 Juifs de France ont entamé les démarches de départ l'an passé, un chiffre record en Europe de l'Ouest, loin devant les 600 départs enregistrés en Grande-Bretagne.

Pour le président du CER, le rabbin Pinchas Goldschmidt, "la France est le principal champ de bataille entre peur et espoir pour l'avenir de l'Europe, tout spécialement pour la communauté juive. Le président Sarkozy est en première ligne de cette bataille et son soutien est crucial pour le futur de nos communautés." Nicolas Sarkozy, qui a reçu à l'occasion de ce dîner le premier prix Rabbi Moshe Rosen, créé en mémoire du grand rabbin de Roumanie, s'est également déclaré catégoriquement opposé au boycott des produits israéliens en Europe : "Nous pouvons ne pas être en accord avec Israël sur différents sujets, et négocier. Mais le boycott est contreproductif."

lepoint.fr

Publié dans Sarkozy

Commenter cet article