Nicolas Sarkozy "C'est autre chose que la gauche caviar et notre gouvernement de bras cassés"

Publié le par La rédaction

Nicolas Sarkozy "C'est autre chose que la gauche caviar et notre gouvernement de bras cassés"

Nicolas Sarkozy est venu dédicacer son livre "La France pour la vie" (éditions Plon), dans une librairie du très chic 16e arrondissement de Paris, vendredi 29 janvier.

Une séance de calinothérapie en règle pour le patron des Républicains.

En mal d'amour, Nicolas Sarkozy ? 45 minutes avant le début de la dédicace - prévue à 16 heures -, une longue file grignote déjà le trottoir de la rue de Longchamp.

Derrière les barrières de sécurité, l'excitation est à son comble. Des "Nicolas président !" fusent ici et là.

"Moi c'est Nico à fond", explique Valérie, une "fan".

Autour d'elle, la discussion s'anime et certains frissonnent déjà de plaisir dans l'attente du moment tant espéré. D'autres se souviennent des moments passés au côté de "Nicolas" en évoquant le bon temps :

"Il a vraiment assuré pendant son mandat.En 2007, j'ai pleuré de joie."

- Moi aussi. Je l'avais vu en meeting, il m'a même serré la main."

Murmure admiratif dans la petite assemblée.

Pour beaucoup, la tournée de mea culpa entamée par Sarkozy avec la sortie de son livre est sans importance, "il n'y a rien à pardonner".

Enfin, il est là. Nicolas Sarkozy surgit de sa berline aux vitres teintées et remonte la file d'attente à toute allure en frappant dans les mains tendues à la façon d'un boxeur, avant de s'engouffrer dans la librairie. De joie, Valérie écrase son amie contre les barrières pour apercevoir son "homme providentiel".

"C'est autre chose que la gauche caviar et notre gouvernement de bras cassés", commente une cinquantenaire, venue se faire dédicacer des exemplaires pour "toute la famille".

A l'intérieur, Nicolas Sarkozy a été installé entre le rayon cuisine et les guides de voyage. Une assistante réceptionne les livres tendus par les fans et les lui ouvre à la bonne page pour la dédicace.

Les admirateurs se succèdent et tous repartent avec l'impression d'avoir eu "leur" instant. Une dame en manteau de fourrure fait signer son exemplaire du magazine "Winner"' avec Jacques Séguéla en couverture avant de tenter un selfie.

Claude Goasguen, le maire du 16e arrondissement, vient saluer Nicolas Sarkozy, en voisin. Peut-être sous le coup de ce trop plein d'ondes positives, le député de Paris en perd son latin sur Twitter :

Nicolas Sarkozy "C'est autre chose que la gauche caviar et notre gouvernement de bras cassés"

Entre deux dédicaces, un des frères Bogdanoff - Grichka, après vérifications - fait même une apparition.

Même euphorie chez le gérant de la librairie :

"Entre 16 heures et 17 heures, on a vendu 300 exemplaires. Une cliente m'en a pris 20."

Au moment de partir, Valérie se remet doucement des quelques secondes passées auprès de son champion :

"Quel charisme ! Je ne veux pas qu'il change, je le veux lui !", tonne-t-elle."

Face à la caméra d'iTélé, des larmes de joie coulent sur son visage.

Lucas Burel

tempsreel.nouvelobs.com

Publié dans Biographie

Commenter cet article